La Covid 19, est une maladie infectieuse émergente. Elle apparait le 17 Novembre 2019 en chine dans la ville de Wuhan et se propagea ensuite dans tout le monde entier.

Elle a fait des ravages, elle confina le monde, elle réduit les libertés et emporte des vies.

La Guinée n’a pas été épargné. Plusieurs cas dont 23 décès, plus de 3.553 confirmés et 1950 guéris à ce jour dont Alpha BAYO, jeune acteur de la Société Civile et membre de plusieurs Organisations. Il relate ses vécues, peurs et prières pendant ces périodes de traitements intensifs à l’hôpital.

Selon vous, comment avez-vous contracté le coronavirus :

C’est difficile de dire clairement où est-ce que j’ai contracté coronavirus.

Au fait, je ne présentais pas de symptômes, je n’avais aucun signe de Covid-19, je devrais voyager à Fellah Hamdallaye-Dabola (mon village) pour la sensibilisation et la distribution des kits sanitaires chez mes parents.

C’est dans cette optique que j’ai décidé de le faire afin de bénéficier d’une autorisation de voyage. Malheureusement j’ai été déclaré positif au Covid-19.

Comment avez-vous appris la nouvelle de votre Statut :

Je ne m’y attendais pas !

Cette nouvelle est descendue comme un foudre sur ma tête le Mardi 19 mai, pendant que j’attendais le résultat de mon test, j’ai vu l’appel d’un médecin de l’ANSS me déclarant que j’ai été testé positif au Covid-19.

Je lui ai demandé de très bien regarder mais il n’y avait besoin. J’étais bel et bien positif. C’est ainsi qu’il m’a recommandé de me rendre dans un centre de traitement épidémiologique.

Je suis allé immédiatement à Donka pour ma prise en charge. Ainsi on m’a conduit dans une ambulance, destination CTE de Nongo.

Comment avez-vous réussi à gérer la situation avec tant de Sérénité et de calme :

Faudrait-il le rappeler, quand j’ai été testé positif, j’ai recommandé automatiquement le dépistage de ma femme et de mes enfants, heureusement, ils étaient négatifs.

Ensuite une équipe était allée chez moi pour la désinfection totale de ma maison.

Quand j’étais dans l’ambulance, je pensais que c’était la fin du monde mais quand je suis arrivé à Nongo, il y avait des psychologues qui m’ont entretenu, m’ont prodigué assez de conseils et m’ont dit que j’ai 99 pourcent de chance pour m’en sortir. C’est ainsi que le moral est revenu et petit à petit, j’ai commencé à me relaxer et à me sentir bien.

Dans quelles conditions étiez-vous traité lors de votre séjour à l’hopital :

Les conditions étaient excellentes. Il y avait de l’hygiène, les médecins passaient 3 fois par jour pour prendre nos paramètres, les HP (Promoteurs de santé) venaient régulièrement débattre avec nous de toutes les questions liées au Covid-19.

En gros les médecins du CTE de Nongo font très bien leur boulot. Je déplorais seulement le fait d’avoir partagé la même douche avec les malades qui étaient dans un état grave, le risque de contamination était élevé.

Ensuite je désapprouvais le retard dans le résultat des tests, on pouvait faire le test aujourd’hui par exemple et c’est sauf après 3 jours que les résultats tombaient.

Pendant cette période d’attente d’autres malades venaient, vous pouvez contracter la maladie sans vous en rendre compte. Dans les autres pays, le résultat sort après 4H ou 5H du test.

Quel était votre plus grande peur quand vous étiez hospitalisé :

C’est le fait d’être dans le même centre que les malades graves et de partager les mêmes douches qu’eux.

Ensuite,  j’avais peur que le résultat ma famille ne soit positif.

Comment votre famille gérait la situation de votre Maladie :

C’est ma femme seule qui savait que j’étais malade de Covid-19, je lui ai demandé de garder cette information pour elle seule, elle était en grossesse, deux jours plus tard elle a accouché d’un garçon, elle a été très courageuse et discrète.

Les bonnes femmes sont connues pendant les moments difficiles. J’ai aussi pris le soin de ne pas informer ma mère, à chaque fois qu’elle m’appelait je lui disais toujours que j’étais en instance de voyage.

À ma sortie du centre le 27 mai, je lui ai dit toute la vérité, elle était surprise de la nouvelle mais rassurée et heureuse pour ma santé, c’était la meilleure manière de faire.

Quels messages avez-vous pour ces personnes qui, jusqu’à présent ne croient pas à l’existence de cette pandémie en Guinée :

Je vous dis Corona est une réalité, une triste réalité de laquelle mieux vaut être déclaré à temps pour avoir beaucoup plus de chance de s’en sortir.

Moi j’étais au stade 1 de cette maladie, après 9 jours de traitement intense, j’ai commencé à sentir des mauvaises odeurs à chaque fois que je toussais et des gouttes de sang dans mes crachats

J’ai compris, que la maladie est atteinte par les médicaments, deux jours plus tard j’ai fait le test et j’ai été déclaré négatif.

Je remercie Dieu de m’avoir donné le courage et la force de vaincre cette sale maladie. Mention spéciale aux médecins qui se sacrifient tous les jours pour sauver des vies. Je remercie également l’État et l’ANSS pour le déploiement d’énormes moyens dans la lutte contre cette pandémie. Prompt rétablissement aux malades de Covid19. Prenez soin de vous et respectons les consignes.

Je vous remercie

C’est par ces mots du Vainqueur de Covid-19, que Femmeafricaine souhaite bonne santé aux malades et paix à l’âme des disparus.

Ébène Baloka