Santé : Les mutilations génitales féminines: un médecin en parle.

Santé : Les mutilations génitales féminines: un médecin en parle.

Les mutilations génitales féminines font des ravages en Afrique, notamment au Guinée où l’excision touche 26 % des femmes âgées entre 15 et 49 ans, a renseigné le Professeur Abdoul Rahim Barry de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry.

Ce chiffre montre l’ampleur de cette pratique ancestrale que définit l’universitaire comme « l’ablation totale ou partielle des organes génitaux externes de la femme pour des raisons non thérapeutiques ».

On distingue quatre types de mutilations génitales féminines : Le type 1: c’est seulement l’ablation du clitoris. Le type 2 : l’ablation du clitoris et plus ou moins des petites ou grandes lèvres. Le type 3 : c’est l’infibulation. Enfin, le type 4 : couvre toutes les autres procédures préjudiciables telles que le perçage, les piqûres et l’incision.

Le Professeur Abdoul Rahim Barry  a souligné qu’ils font en moyenne « une quinzaine d’interventions » par année sur des femmes ayant des complications consécutives aux mutilations génitales.

« Des femmes viennent pour une réfection du clitoris. Mais le taux n’est pas élevé dans les pays africains. C’est parce que les femmes excisées durant leur enfance, finissent par se familiariser à leur clitoris », a-t-il conclu.

Amadou Diaby

amadoualphamariamadiaby@gmail.com

620-478-154

LA RÉDACTION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − cinq =

Résoudre : *
14 × 3 =