Ramadan 2017: Les cris du cœur des femmes dans les marchés!!!

Ramadan 2017: Les cris du cœur des femmes dans les marchés!!!

En cette période de Ramadan, les autorités guinéennes se sont engagées à stabiliser le prix des denrées alimentaires pour permettre aux citoyens lambda de mener à bien cette période de pénitence. Mais le contraste c’est bien dans les marchés de Conakry notamment au marché Niger, où les ménagères se plaignent au jour le jour de la flambée des prix quelques jours après le début du mois saint de Ramadan.

Le mois de Ramadan, est une période durant laquelle les fidèles musulmans sont exempts de leurs pêchés, cette réalité est parfois mal compris de certains acteurs de la vie économique. Si c’est un mois de pénitence, de pardon et de partage pour certains, en Guinée, les commerçants grossistes ou détaillants, attendent ce moment pour tirer le maximum de profit au grand dam des clients. Concernant le panier de la ménagère, les femmes tirent la sonnette d’alarme et plaident auprès du gouvernement pour son amélioration:

« Ici au marché, le prix des denrées est cher que le gouvernement nous aide à nourrir nos enfants »
« On a rien, nos maris ne travaillent pas et les enfants sont encore petits. On se débrouille, et le peu qu’on gagne ne suffit pas au marché. On ne parvient même pas à gagner un bon repas pour la rupture. Quand on dit que le marché est cher, c’est plus que le mot » ont martelé deux dames ménagères.

Quant aux vendeuses, de leur côté, elles rejettent la responsabilité au gouvernement qui à leurs yeux ne ferait rien pour baisser les prix des différents produits:

« Tout ce que nous produisons ici en Guinée est exporté, il n’ya pas de condiments sur le marché. »
« Il faudrait que tu parviennes à subvenir aux besoins de ta famille, qu’ils diminuent le prix de l’essence, une fois que cela augmente sa en est de même partout et vice versa. Dites à papa Alpha de nous aider» ont déclaré deux femmes vendeuses.

A retenir que les autorités guinéennes à travers le Ministre du Commerce ont invité les commerçants à faire de ce mois saint de Ramadan, un mois d’accès facile aux produits de première nécessité pour les consommateurs.

Aboubacar Sylla

Djenabou Balde