Procès M’mah Sylla : « ses intestins étaient dehors, une partie était pourrie « , explique un des inculpés.

Procès M’mah Sylla : « ses intestins étaient dehors, une partie était pourrie « , explique un des inculpés.

Le procès de m’mah Sylla s’est poursuit ce mardi devant le TPI de Dixinn. Deux autres inculpés ont été entendus à la barre. Il s’agit de Dr Daniel Lamh et Dr Sébory Cissé. Les récits sont sans commentaires. La défunte a trouvé la mort des les conditions atroces. D’après les inculpés à la barre, à un moment donné suite aux opérations, les selles coulaient par voie vaginale, les intestins étaient pourris en partie.

Passant en premier à la barre, Dr Daniel Lamah raconte comment il a effectué la première intervention chirurgicale sur la défunte avant de la passer dans les mains d’un autre médecin. Les propos recueillis par nos confrères de guineematin.

« Patrice (Lamah) m’a appelé sur instruction de Célestin (Millimono), alors que j’étais en route pour Dubréka, pour me dire qu’ils ont reçu une patiente qui se plaignait de douleurs abdominales. Je leur ai dit de faire une échographie. Au retour aussi, ils m’ont appelé. Quand je suis arrivé, j’ai vu que les résultats de l’échographie montrent qu’il y avait nécessité de faire une intervention chirurgicale pour un kyste qui a duré 43 minutes. Elle avait les intestins collés. J’ai décollé les intestins, j’ai fait l’intervention. Mais, à cause des infections, j’ai élargi l’incision pour explorer les autres zones pour voir s’il n’y a pas de saignements quelque part. J’ai mis la compresse, mais elle n’a pas changé de couleur. Ce qui voulait dire qu’il n’y avait pas de saignements. Et, j’ai fait le pansement avant de rentrer chez moi. J’ai fait le protocole chirurgical et j’ai prescrit les médicaments. Pendant les 5 jours qui ont suivi l’opération, il n’y a pas eu de problèmes. Ce n’est qu’au 7ème jour que Patrice m’a appelé au téléphone pour dire que la patiente a des douleurs abdominales. Je lui ai dit demander ce qu’elle avait mangé à la maison, elle a dit qu’elle avait continué à boire du Kinkéliba. J’ai demandé à Patrice de défaire la plaie ; et, après, il a dit qu’il y avait du pus là-dessus. Je lui ai dit d’enlever le fil et d’appuyer sur la plaie pour le sortir. Après, Célestin a commencé à faire le pansement et je l’appelais régulièrement, et il me disait toujours, ça va. Puis un jour, j’étais en cours de route, vers 23 heures, en rentrant chez moi, Célestin m’a appelé pour me dire : reviens ! Je lui ai demandé pourquoi, mais il a dit revenir urgemment. Mais, c’était en ce moment la période du confinement à cause du covid-19. Donc, je lui ai dit que je vais venir le lendemain matin. Quand je suis allé à la clinique de Dr Sébory Cissé, elle a enlevé son pagne et j’ai vu que les selles coulaient du côté vaginal. Cela m’a dépassé, je ne sais pas comment cela est arrivé. Parce que ce n’est pas là-bas que j’ai fait l’intervention. Mais, Dr Sébory m’a rassuré qu’il pouvait traiter la patiente. Il a demandé de signer un engagement de responsabilité médicale avant le début du traitement, je l’ai signé. Elle a subi 3 interventions chirurgicales là-bas », a expliqué Dr Daniel Lamah, tout en précisant que Célestin ne lui avait pas dit que Mmah Sylla avait avorté et que c’est plus tard que Patrice Lamah le lui a dit.

De son côté, Dr Sébory Cissé, a dit avoir reçu Mmah Sylla dans un état critique et il a fait de son mieux pour la sauver.

« J’ai reçu Mmah Sylla à 2 heures du matin sous une pluie battante, elle avait une plaie de près de 34 cm, ses intestins étaient dehors cachés par un pagne et une partie des intestins étaient pourrie. Ses selles liquidiennes coulaient abondamment par la voie vaginale. Dans mon bureau, j’ai demandé à Patrice et Célestin ce qui c’était passé, ils m’ont dit l’avoir opéré pour un Kyste ovarien. Mais je leur ai dit qu’une opération comme ça ne pouvait pas entraîner des perforations des intestins. J’ai demandé qui l’avait opéré, ils m’ont dit que c’est Daniel Lamah. Alors, j’ai appelé son numéro, mais il ne passait pas. Le lendemain, je l’ai rappelé, il a pris et je lui ai parlé de Mmah Sylla. Mais, il a dit qu’il ne se rappelait pas d’elle ; et, par finir, il a dit s’en souvenir. Je lui ai dit de venir à la clinique, il est venu. Et, quand il a vu l’état de Mmah Sylla, il a commencé à pleurer. J’ai dit que ce n’était pas le moment de pleurer. Je suis allé voir Mmah Sylla qui m’a expliqué avoir été violée par Patrice puis par Célestin. Je suis reparti dans le bureau pour leur dire qu’ils m’ont menti. Après, ils ont reconnu que c’est en faisant le curetage (aspirer le fœtus) que cela est arrivé. Ils se sont mis par terre et ont commencé à prendre mes pieds pour plaider. Mais, je leur ai dit que je ne pouvais pas pardonner … J’ai demandé à Daniel Lamah de signer un engagement pour que je prenne en charge la patiente. J’ai fait une opération et j’ai demandé aux parents de la patiente de ne pas lui donner de l’eau et de la nourriture, mais cela n’a pas été respecté… Après 2 semaines, j’ai demandé qu’elle soit évacuée dans un CHU. Patrice m’a dit qu’il a une connaissance à Ignace Deen. Mais, 2 jours après, rien n’a été fait. Donc, j’ai appelé Patrice pour leur dire d’évacuer la patiente. Finalement, elle y a été admise », a indiqué le chirurgien qui a sa clinique à Dabompa.

Aux termes des dépositions le tribunal a renvoyé le dossier pour le 22 novembre 2021. 

LA RÉDACTION