Pauline somda : une mannequin fascinante, une vraie gazelle des produims de la mode.

Pauline somda : une mannequin fascinante, une vraie gazelle des produims de la mode.

Originaire du pays des hommes forts, Pauline somda est l’une des belles figures des podiums de la mode guinéenne. Elle a un palmarès garni et qui force le respect. À la clé plusieurs scènes nationales et internationales fouillés, Pauline est devenue est, au-delà d’être mannequin, une maquilleuse professionnelle et cheffe d’entreprise.

Dans cette interview, la gérante de la structure événementielle tendance mode, nous a plongé fait parcourir le pourtour et le contour de sa carrière, mais aussi de ses projets futurs et d’autres détails concernant sa personnalité. Lisez cette entretien réalisée par Ismaël KONÉ

Veuillez vous présenter à nos millions de lecteurs à travers le monde ?

Je suis Pauline Domebaley somda, mais très connue sur le nom de Somda Pauline. J’ai 23 ans. Je suis mannequin, maquilleuse de profession et propriétaire de la structure événementielle « Tendance mode ». Je suis originaire du Burkina Faso de nationalité guinéenne et pour finir, je réside à Conakry.

Comment tout a commencé pour vous dans le mannequinat ?

Il y a de cela quelques années en arrière, précisément en 2017, quand des camarades de classe m’obligeaient à représenter notre classe aux concours de Miss organisés au sein de notre établissement. En vrai, j’étais très réticente au début, mais, au final, ils ont réussi à me convaincre d’y participer. Et, c’est lors de mes répétitions avec mon formateur, à l’époque, qui m’a fait remarqué que j’avais des qualités propres à une mannequin notamment ma démarche, mon physique ou encore ma maîtrise de la scène. Et sur le coup, j’en doutais, et ce, jusqu’à ce que je devienne la Miss de mon école. Pour faire court, pendant les vacances, j’ai pris l’initiative de tenter voir le coup, histoire de découvrir cet autre monde , qui est le mannequinat. C’est ainsi que j’ai commencé à contacter quelques agences de mannequinat, tout de suite, l’une des agences m’a ouvert ses portes. Et pour ne pas briser les étapes, j’ai consacré une année entière à m’entraîner, à me former et performer. Et aujourd’hui, voilà où nous en sommes avec le mannequinat.

Cela fait combien d’années vous exercez ce métier avec passion ?

Cela fait six (06) bonnes années que je pratique ce métier avec amour, et ce, en dépit de toutes les difficultés qui vont avec.

Quelles sont les agences de mannequinats que vous avez fréquentées ?

De 2017 jusqu’à date, je n’ai connu qu’une seule agence de mannequinat, celle qui m’a ouvert ses portes quand j’ai décidé d’apprendre, c’est l’agence RIIM FASHION.

Veuillez citer quelques grands événements de défilé de mode dont vous participés ?

Il y en a assez, mais je vais me faire la peine de vous en citer quelqu’uns. En effet, en décembre 2018, j’ai effectué mon premier voyage avec un groupe d’acteurs de la mode pour représenter la Guinée en Côte d’Ivoire au salon international de la mode africaine abrégé (simao). Cela m’a permise d’avoir assez de contrats avec des stylistes à mon retour au pays. Puis, en avril 2019, j’ai été au Sénégal pour louga fashion week-end. J’ai aussi effectué un voyage sur la Guinée Bissau pour l’événement Bissau fashion week. En 2021, j’ai encore représenté la Guinée cette fois-ci en Djibouti qui est, d’ailleurs l’un des plus grands événements de mode en Afrique. Le sita (salon international du textile africain).

Quels sont les stylistes avec lesquels avez avez collaboré ?

Une autre question xomplexe, je veux dire, j’ai eu a collaborer avec beaucoup de stylistes, pour ne pas être prétentieuse, je dirais que j’ai collaboré presqu’avec tous les grands stylistes de Guinée notamment Thea Couture, Ib création, riim fashion ou encore Sogore Creation. Et à l’international, je peux citer Alpha Cante de la Guinee Bissau ou encore Ely kuane de la Côte d’Ivoire.

On sait qu’au-delà des défilés, les mannequin vivent aussi des contrats de publicité, les shootings photo pour les marques, être figurante dans une œuvre artistique « clip vidéo » et tant d’autres. Vous, parlez nous de quelques-uns de vos gros contrats ?

J’ai eu des contrats avec des artistes guinéens et ceux de l’international pour figurer dans leur clip notamment
le mythique groupe Deeg force 3 featuring Sidiki diabate ; Soul Bang’s feat innoss’b, Koundou Waka, Ansty Crazy, Instinct killer, Sayon Camara, Djani Alpha ou encore Djelikaba Bintou pour ne citer que ceux-là. Au-delà de cela, moi, j’ai réussi à mettre sur pied un événement de la mode dénommé « fashion show » dont la toute première édition s’est tenue en février dernier 2023.

Avez vous un retour économique satisfaisant dans le domaine du mannequinat ?

La réponse est tout de suite Non. Pas du tout. C’est vraiment difficile dans notre métier de se faire considérablement de l’argent. Et cela, c’est partout en Afrique, alors pour le cas de la Guinée, n’en parlons même pas. Il n’est pas possible de vivre que des revenus du mannequinat, bien vrai que c’est un métier comme tout autre métier.

Quel est l’événement de défilé que vous n’allez jamais oublié et pourquoi ?

Du début de ma carrière jusqu’à date, l’événement qui m’a le plus marquée et que je ne pourrai jamais oublier c’est le Sita (le salon international du textile africain) à Djibouti en 2021. Nous y étions pour représenter la Guinée. Ce voyage a été l’un de mes plus beaux voyages de découverte. J’ai fait de belles rencontres. L’ambiance, c’était vraiment quelque chose d’impressionnant. C’est un événement que je ne vais jamais oublier. Et si j’ai la chance de revivre ce moment inoubliable je le ferai sans doute.

Comment gérez-vous le stress et la pression liés à votre travail ?

Oui effectivement le métier est très stressant, mais on y fait avec. C’est ainsi dans toutes les activités, donc quand il y a du stress tu le gères tout en essayant de mettre ses idées en place.

Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez en tant que mannequin ?

Dans ce métier nous rencontrons assez de difficultés, notamment le manque de soutien financier mais aussi le regard dévalorisant de certaines personnes vis-à-vis du métier de mannequinat. Nous avons également un problème d’obtention de contrats parce qu’il n’y a pas trop d’événements de défilé de mode nous permettant de se faire un peu d’argent. Quand on a envie de sortir du pays pour assister à d’autres défilés de mode sur le continent, nous avons des problèmes d’achat de billets d’avion. De ce fait en tant que mannequin si je te serais difficile de te faire connaître à l’extérieur du pays.

Quels sont les opportunités que le métier de mannequinat vous a donné ?

Le mannequinat m’a offert assez d’opportunités dont je ne pourrai pas tout vous citer. Mais ce que je pourrais vous dire que quand vous pratiquez le mannequinat vous aurez de très bonnes relations. Vous ferez la connaissance des grandes personnalités notamment des stylistes ou encore des mannequins parce que lors des défilés vous avez l’opportunité de rencontrer de grandes personnalités et tisser des relations qui peuvent justement vous servir à la longue. Vous pouvez également découvrir d’autres pays.

D’après vous, quels sont les avantages et les inconvénients d’être un mannequin ?

Comme je l’ai dit précédemment le mannequinat est un métier comme tout autre métier qui vous offre des opportunités que j’ai cité ci-dessus. Vous avez votre petite vie, vous faites vos voyages tranquillement et vous vous faites des relations. En ce qui concerne les inconvénients, il y a assez d’inconvénients. Le mannequinat est un monde très mauvais où tu ne dois aucunement te laisser faire. Il te faut être fort de caractère et de ne se fixer qu’un seul objectif. Mais si tu te mêles de tout ce qui ses passe dans le milieu et de faire comme d’autres le font, tu risques de tomber et ta carrière n’aura plus de suite.

Quels sont les prix que vous avez eu en tant que mannequin ?

Personnellement je n’ai pas reçu de prix, je participe tout simplement à des défilés et non des compétitionde mode. Donc cela dit pas encore assisté à des compétitions de mannequinat. Par contre, j’ai des satisfecits après des défilés pour certifier réellement que j’ai défilé pour tel styliste au cours de tel événement. Mais pour l’instant je n’ai pas de prix.

Qui sont vos sources d’inspiration dans ce domaine ?

Parfois c’est important d’avoir des sources d’inspiration, mais de mon côté, je souhaite être moi-même écris ma page d’histoire. Cependant, il faut dire qu’il y a quelques mannequins qui m’inspirent notamment Naomi Campbell et tant d’autres. Quand je leur regarde défilé, je me dis, il faut que je devienne comme elles ou tout plus qu’elles et que j’écrive mon propre histoire.

Quel est votre regard sur le mannequinat guinéen ?

Le mannequinat guinéen régresse du jour au lendemain et cet état de fait n’est pas encourageant. Le mannequinat guinéen est vraiment en retard mais nous essayons de faire notre mieux pour faire avancer les choses. Il n’y a pas assez d’événements alors qu’il y a des gens qui souhaitent faire carrière dans le métie. Et quand c’est comme cela on ne peut pas avec. Quand tu le pratiques il faut entreprendre autre chose.

Quels sont vos projets futurs en tant que mannequin ?

Oui effectivement j’ai des projets en tant que mannequin mais, sauf que je ne peux pas vous donner assez d’explication dessus. ça fait mieux que moi faire de grandes choses il faut se taire, sinon on risque de se faire piquer ses idées. Mais ce qui est sûr, j’ai de très gros projet en tant que mannequin, le moment venu vous auriez assez de détails dessus. Mais retenez tout simplement que ce sont de gros projets qui seront profitables pour les mannequins ici et d’ailleurs.

Quels sont vos projets après la scène ?

Le jour où je vais décrocher complètement avec le mannequinat, ce qui est sûr, je vais m’intéresser à mes profession qui sont le maquillage et la coiffure.

Merci à vous pour le temps accordé.

C’est moi qui vous remercie.

À lire aussi : Sidiki Mina : une artiste débordante d’énergie, inspirante et passionnée qui aspire à une véritable carrière

Notre canal télégram en clinquant ici

Ismaël KONÉ

LA RÉDACTION