Message de Arsène Camara à la nation,Guinéennes, Guinéens, chers compatriotes !

Message de Arsène Camara à la nation,Guinéennes, Guinéens, chers compatriotes !

Dans un plus de 24h, le vaillant Peuple de Guinée sera de nouveau face à son destin à travers l’élection du président de la 4ème République, le dimanche 18 Octobre 2020.


Au soir de cette journée électorale, j’exhorte toutes les guinéennes et tous les guinéens à cultiver la paix pour préserver nos acquis démocratiques, à la retenue et à l’acceptation des résultats de ce scrutin tant attendu. Que le vote démocratique ne cède pas le pas au vote communautaire. Il n’y a pas de communauté en Guinée, il n’y a que des Guinéens soucieux du développement inclusif et durable de leur chère Patrie.
À tous les électeurs, la vraie alternance démocratique dont la Guinée a tant besoin passe par les urnes et non par les violences de tous genres. Aucun.ne guinéen.ne ne gagnerait à ce que notre beau pays s’embrase. Ne donnons pas raison aux ennemis de notre Nation qui souhaitent que les braves femmes et les laborieux hommes de la Guinée deviennent des étrangers (réfugiés) sur leur propre territoire. Leur seule ambition est d’exploiter, à notre insu, les immenses ressources économiques de notre pays “scandale géologique” et “mosaïque culturelle”. N’acceptons pas d’être divisés par des politiciens avares et violents, “la Guinée est une famille indivisible” (regardons nos unions conjugales et notre voisinage immédiat).
À tous les leaders des partis politiques en lice, ayez à l’esprit l’ambition de présider aux destinées de la Guinée et non d’une communauté, au soir du 18 octobre. Cultivez la paix, la quietude, et faites preuve d’un fair-play démocratique en acceptant les résultats du scrutin : n’hésitez pas à féliciter votre adversaire déclaré vainqueur après le verdict de la CENI. Ne soyez pas aveuglés par vos projets machiavéliques et par vos intérêts diaboliques, pensez avant tout au bonheur des Guinéens.nes qui ont cru en vous et qui vont voter pour vous. Soyez des pompiers politiciens et non des politiciens pompiers; évitez à notre Guinée de s’embraser plutôt que d’attiser l’incendie des violences par vos propos incendiaires.
Guinéens.nes, mes chers compatriotes, soyons tous et toutes de vrais acteurs de l’alternance démocratique au soir du scrutin du 18 octobre prochain.
Vive la Guinée! Vive la démocratie!
Dieu bénisse la Guinée!

Arsène Camara

Djenabou Balde