Martine Condé, présidente de la Haute Autorité de la Communication (HAC) a reçu en audience ce mardi le nouveau bureau de l’Association Guinéenne des Editeurs de la Presse Indépendante (AGEPI) dirigée par Alpha Abdoulaye Diallo, directeur de publication du journal Le populaire.
La présidente de l’organe de régulation des médias en Guinée a profité de l’occasion pour alerter la presse sur l’attitude dans le traitement et la diffusion de l’information. Martine Condé a mis les points sur les i.
« Tout le monde a en tête la dépénalisation. Quand un journaliste est jugé, condamné, votre casier judiciaire est sali, si vous venez à la HAC, nous allons purement et simplement happy wheels demo retirer votre carte de presse si vous en avez », a -t-elle précisé avant d’inviter les hommes de médias à avertir la HAC en cas de problème.

Selon la présidente de la HAC, les personnes qui se sentent offensées ou diffamées par des journalistes ne viennent plus à la HAC pour régler leur problème avec les hommes de médias: « Les gens ne veulent plus venir à la HAC parce que nous, nous avertissons, nous suspendons et quand c’est trop grave nous fermons l’organe. Il y en a qui veulent appliquer maintenant la loi sur l’atteinte à la personne », dit-elle.

guinee114.com