Le secrétariat général des affaires religieuses, en collaboration avec le ministère de l’action sociale a organisé ce mardi 4 février 2020 une conférence nationale des leaders religieux pour la promotion de l’abandon des Mutilations Génitales Féminines (MGF) sous le thème « religion et mutilation génitale féminines ».

Dans son discours, Karamoko Diawara secrétaire général adjoint des affaires religieuses a rappelé que la question de la protection des femmes et des enfants est une prescription divine en ce sens que tous les prophètes ont exigé la protection de la femme et les enfants car leurs protections contribuent au développement de l’humanité.
Selon lui, c’est dans cette dynamique que son département a adopté une fatwa interdisant la pratique des mutilations génitales féminines en Guinée et adopté une stratégie d’intervention des leaders religieux pour la promotion de son abandon grâce à l’appui de l’UNICEF.

Mme la ministre de l’Action sociale et de la Promotion féminine, Mariama Sylla qui a présidé la conférence ce mardi, a exprimé au nom de son département, ses sentiments de satisfaction à l’endroit du secrétariat général des affaires religieuses pour l’organisation de cette présente conférence et les nombreux actes déjà posés qui soutiennent la politique nationale de la protection sociale, particulièrement des composantes mutilations génitales féminines.

Poursuivant son discours, la ministre Mariama Sylla a réitéré l’engagement du gouvernement guinéen à bannir l’excision. « Notre pays s’est activement mis dans la dynamique d’abandon de cette pratique à travers le renforcement du cadre légal et programmatique. La récente révision du plan stratégique national est un cadre de concertation inclusive et l’adoption d’une stratégie spécifique d’intervention des religieux pour l’abandon de l’excision », a déclaré Mme la ministre.

Pour terminer, elle a invité tout un chacun à plus d’intention et d’esprit critique pendant cette session en vue d’aboutir à des résultats concluants.

Bolokada Sano