Lisa Montgomery a été exécutée pour son crime effroyable

Lisa Montgomery a été exécutée pour son crime effroyable

Condamnée à mort, Lisa Montgomery qui a commis un crime abominable, un meurtre d’une cruauté à la limite de l’imaginable, devait obtenir un sursis… Mais le soir du 12 janvier, elle a été tuée, devenant la première femme exécutée aux États-Unis depuis 70 ans !

[Mis à jour le 13 janvier à 13h25] Lisa Montgomery, qui a tué une femme enceinte afin de lui voler son fœtus, est finalement devenue la première femme exécutée par le gouvernement fédéral américain depuis presque 70 ans. La meurtrière s’est vue injecter un produit létal dans la nuit du 12 janvier, dans l’Etat de l’Indiana, alors qu’elle avait obtenu un sursis par le juge James Hanlon la veille. Malgré l’opposition de plusieurs magistrats à cette exécution et les recours de ses avocats, qui avaient demandé la grâce présidentielle, la Cour Suprême a donné son accord pour mettre en œuvre la peine de mort de Lisa Montgomery.
En raison des nombreux traumatismes subis dans son enfance, le juge James Hanlon avait pourtant considéré que son état mental était une circonstance atténuante pour la quinquagénaire.

Les informations présentées à la Cour contiennent de nombreuses preuves que l’état mental actuel de Mme Montgomery est si éloigné de la réalité qu’elle ne peut pas comprendre rationnellement le motif du gouvernement pour son exécution“, avait-il déclaré avant la mort de la tueuse.

Une date d’audience aurait dû être fixée dans les prochains jours afin que la justice se penche davantage sur la santé mentale de Lisa Montgomery. 

Pas de grâce présidentielle pour Lisa Montgomery 

Avant l’exécution de leur cliente, les espoirs des avocats de la meurtrière étaient vifs. Ils avaient imploré Donald Trump de lui laisser la vie sauve. Cette décision du juge d’accorder un sursis à Lisa Montgomery tombait à pic, puisqu’il aurait été extrêmement peu probable que le Président républicain des États-Unis, farouche défenseur de la peine capitale, accepte de gracier Lisa Montgomery. 

Nous savons que ce gouvernement est en faveur de la peine de mort. Nous savons qu’ils exécutent plus de personnes que tout autre gouvernement depuis 130 ans“, avait d’ailleurs expliqué à Brut Sandra Babcock, directrice du Cornell Center.

Or, le président élu Joe Biden, qui est investi le 20 janvier, est opposé à la peine de mort et aurait plus probablement accepté de sortir la quinquagénaire du couloir de la mort. 

Alors que les exécutions se multiplient aux États-Unis depuis plusieurs mois, avant le départ de Donald Trump de la Maison Blanche, Helen Prejean, une fervente catholique opposée à la peine capitale, s’était adressée le 10 janvier aux juristes dans un communiqué afin de faire pencher la balance dans l’autre sens.

Vous ne sentez peut-être pas l’odeur de la sueur dans la chambre d’exécution mais vous en êtes responsables au même titre que les bourreaux. Il faut dire non à l’exécution d’une femme et de deux hommes à une semaine de la prestation de serment de Joe Biden”, a-t-elle déclaré.

Lisa Montgomery, victime de viols en réunion et trafic sexuel

Dans leur demande de grâce, les avocats avaient insisté sur l’horreur des traumatismes que Lisa Montgomery a subis dans son enfance. La quinquagénaire, atteinte de troubles mentaux, a été victime de viols en réunion par son beau-père et ses amis.

En outre, Lisa Montgomery avait été “vendue“, selon les mots des avocats, à d’autres hommes par sa mère alcoolique et a donc été victime de trafic sexuel. La quinquagénaire n’aurait jamais reçu d’aide ou de suivi psychologique. 

Les hommes de loi espéraient que ces traumatismes puissent être perçus comme des “circonstances atténuantes“. Et de préciser : “Nous n’excusons pas ses actes. Tout dans cette affaire est extrêmement triste“.

Ils ont ajouté qu’une grâce présidentielle “enverrait un important message (…) sur le besoin de venir en aide aux victimes de violences domestiques et d’abus sexuel“.

Lisa Montgomery : son crime effroyable

Bobbie Jo Stinnett © Capture d’écran KMBC 9

Le crime de Lisa Montgomery remonte à 2004. À l’époque, la trentenaire nourrissait l’espoir d’élever un enfant avec son époux, mais avait subi, quelques années plus tôt, une ligature des trompes. 

Alors qu’elle se trouvait dans un forum de discussions sur la Toile, Lisa Montgomery y a repéré une femme enceinte de huit mois, Bobbie Jo Stinnett. Elle a donc commencé à engager la conversation avec la jeune femme de 23 ans et lui a fait croire qu’elle était également enceinte. Toutes deux se sont alors liées d’amitié et échangeaient régulièrement messages et e-mails.   

Bobbie Jo Stinnett et son mari, étant éleveurs de chiens, Lisa Montgomery s’est présentée à leur domicile prétextant vouloir leur acheter un canidé. Lorsqu’elle a pénétré dans le logement de la femme enceinte, Lisa Montgomery l’a brutalement étranglée… et lui a coupé l’utérus pour lui voler son fœtus, de sexe féminin. Bobbie Jo Stinnett était encore en vie à cet instant. 

Qu’est-il arrivé au fœtus ?

C’est la mère de Bobbie Jo Stinnett qui l’a découverte baignant dans une mare de sang, l’estomac comme “explosé“, selon le Washington Post, environ une heure après le crime. Malgré les tentatives des secours, la jeune femme n’a pas pu être ranimée.

La meurtrière s’était enfuie avec le fœtus, qui a survécu. Retrouvé par les autorités, le bébé avait ensuite été confié au père. Elle est désormais âgée de 16 ans. 

Source www.journaldesfemmes.fr

Djenabou Balde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × un =

Résoudre : *
25 − 24 =