l’artiste Kadé Diawara, victime de piratage et d’escroquerie

l’artiste Kadé Diawara, victime de piratage et d’escroquerie

L’auteure du tube ““Mali sadjo” Hadja Kadé Diawara, vit aux oubliettes. Et pire, ses oeuvres qui restent des classiques de la musique guinéenne, sont utilisées de façon illicite par des femmes. C’est l’information que l’artiste a confié au micro de Generations224.com, le mercredi 26 septembre.

“Il y a des guinéennes qui profitent de mon travail pour se faire de l’argent à l’étranger, il y a deux (2) femmes qui utilisent deux de mes albums pour s’enrichir à l’étranger et elles ont même construit des maison à travers mes musiques sans mon consentement et sans que je ne bénéficie d’un sou”, a-t-elle regretté.

Pour être remise dans ses droits, l’archange de la musique mandingue comme on l’appelait, a indiqué que son fils résidant au Ghana détient les preuves et qu’il doit se rendre en Guinée afin de porter plainte contre les personnes concernées.

Encore une fois, le chaud dossier de la piraterie des oeuvres artistiques revient sur la table. Et très malheureusement, les autorités en charge de la protection du gain des créateurs et propriétaires intellectuelles, passent sous silence cette atteinte à l’effort fourni. Espérons que pour une fois, justice sera rendue.

Affaire à suivre!

Generations224.com

Djenabou Balde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − 10 =

Résoudre : *
26 ⁄ 13 =