La mendicité est l’un des maux qui rongent les enfants de la teranga !

La mendicité est l’un des maux qui rongent les enfants de la teranga !

mendiantCe fleau ne cesse d’augmenter malgrés les multiples actions pour combattre. Le nombre d’enfant mendiants au senegal est estimé à prés de 7600 enfants qui empreintent les rues, en provenance dans les regions ou la pauvreté survit, notamment : kolda, tambacounda, kaoulack, Fatick.

Les rapports des institutions et ong relate aussi que près de la moitié des petits mendiants compte dans les regions de la capitale venant des villes limitrophe du senegal. La plupart de ces enfants sont dans les tranches d’ages varie de 4 à 14 ans. Les karamoko de ses enfants font de la mendicité une activité commerciale que les marabouts pratiques environ (6) six heures par jour.

Ces enfants sont obligés de se réveillé a 5h du matin, récité quelques verset du coran avant d’aller mendier au centre ville a pied nue, les vétements déchirés sous le soleil tout au longeur de la journée. Chaque talibé doit apporter 500fcfa pour la contribution des conditions de vie à chaque talibé dans le (daara).mendaint2

Ces enfants sont exposés a toutes sortes de danger, à savoir : les maladies, la mal nutrition, la délinquence, au viol et du banditisme. Il y’a d’autre qui les traites de voleur dans les maisons quant il entre pour mendier. Ces enfants qui restent des années sans voir leurs parents. Ils sont victimes de la pauvrété de leurs parents car a cause de la misére, que les peres de familles ne peuvent plus nourrir leurs enfants ils préférent les confient aux marabouts pour les éduqués.

Il faut rappelé que ce phénomène de la mendicité frappe durement le visiteur étranger dès qu’il met le pied au Sénégal. Les mendiants sont innombrables, de tous sexes et de tous âges. Des vieux lépreux aux pauvres enfants exploités par les marabouts sans foi ni loi, la communauté est sans cesse sollicitée par de pauvres gens sans ressources. Selon le rapport annuel du PNUD 2013, 50,6% de la population sénégalaise vit dans une situation “d’êxtreme pauvreté”. Plusieurs éléments peuvent expliquer ce nombre de mendiants qui croit de façon exponentielle.

Notre correspondant à Dakar

Cheikh Sylla

Djenabou Balde