Chaque 12 mai, le monde célèbre les infirmières et infirmiers, ces personnes dont leur profession est de délivrer des soins infirmiers. Du latin In-Firmus, étymologiquement qui n’est pas ferme au moral comme au physique ou qui s’occupe des infirmes.

Une journée mondiale, certes mais faudrait-il pas revenir sur les débuts de ce noble métier ?

Un métier qui ne date pas d’hier, d’abord avec des pseudo-soignants et les ordres religieux. Ils  s’occupaient des lépreux, des prostituées tout en suivant les critères en lien avec l’Amour de Dieu et la Charité. Les Religieuses soignaient dans les domiciles des malades et dans les hôpitaux.

En cette période, le soin était une activité bénévole, il n’avait aucune valeur culturelle. Il a fallu attendre la laïcisation et l’émergence d’infirmières et d’infirmiers laïques.  Lors la Première Guerre Mondiale, ils ont mis en place un mouvement pour la constitution d’un nouveau groupe social.

Pourquoi est-elle célébrée chaque 12 Mai ?

En hommage à Florence Nightingale. Le 12 mai est le jour de naissance de Florence Nightingale, une Dame qui a posé les bases de la profession infirmière contemporaine. Elle a apporté de nombreuses contributions comme :

  • A défini que chaque patient a des besoins individuels,

Elle dégagea  le rôle de l’infirmière, qui vise à satisfaire ces besoins et à prendre en compte les dimensions santé-maladie des soins infirmiers. Florence Nightingale a fait des soins infirmiers une occupation respectée en établissant une formation et en soulignant l’importance d’une éducation continue tout en distinguant les soins infirmiers de la médecine.

 Elle insiste sur la bonne pratique infirmière qui, selon elle ne grandit qu’avec les études, les enseignements et les entraînements qui se finalisent dans une base solide et peuvent être transférer dans tous les milieux et auprès de tous les patients.
En l’occasion de cette journée, il est temps de réaffirmer son attachement à vouloir améliorer les conditions de travail des professionnels de l’Art infirmier.

Revenir sur la pénibilité de ce métier dans les hôpitaux, quitte à amener la pénurie auprès du patient, ce qui aggrave encore les conditions de travail.

Que cette journée apporte un changement effectif dans leurs conditions de travail et vie.

Ces héroïnes et héros des Hôpitaux sont encore plus à respecter suite à leurs bravoure et sens élevé du sacrifice.

Paix à l’âme de tous ceux qui sont tombés dans le cadre de leur travail.

Santé de fer aux infirmiers malades qui préfèrent leur maladie à celle de leur patient.

En cette journée, le monde réitère sa reconnaissance éternelle.

Très bonne journée à vous
 

Ébène Baloka