La Journée Internationale des Enfants Victimes Innocentes d’Agression

La Journée Internationale des Enfants Victimes Innocentes d’Agression

Donner vie est un privilège que beaucoup de femmes n’ont pas.  Dans un monde où les femmes sont pointées du doigt lorsqu’il y a un problème d’infertilité ou un retard de conception, beaucoup d’entre elles sont sous pression de se rassurer que la famille s’agrandisse.

Ces anges viennent sans demander de naitre, et très souvent, ils se retrouvent dans d’horribles situations à cause de certains adultes qui faillissent à leur rôle de protecteurs.

C’est à l’occasion de la session extraordinaire d’urgence sur la question de Palestine le 19 août 1982, que l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé de commémorer le 4 juin de chaque année comme l’internationale des Enfants Victimes Innocentes de l’Agression dans sa Résolution A/ RES/ ES-7/8.

Cette journée a pour but de reconnaître les souffrances endurées par les enfants du monde entier, les victimes de violences physiques, mentales et émotionnelles, et de mettre un accent sur l’engagement des Nations Unies dans la protection de leurs droits.

Les enfants, partout dans le monde n’ont pas la même chance. Certains d’entre eux sont victimes d’agressions. Depuis 1982, cette date du 4 juin a donc été maintenue pour rappeler les violences que subissent des milliers de jeunes. Ils pratiquent la mendicité, deviennent des proies pour certains adultes et subissent les six (6) violations les plus courantes comme leur recrutement, leur utilisation, des violences sexuelles, des enlèvements, des meurtres …

Il est important de mettre fin à la guerre avant qu’elle ne nous détruise. Il est impératif que la relève soit épanouie pour un avenir meilleur

Il est primordial que chacun assume sa responsabilité, apporte sa contribution dans la construction de l’édifice de son pays et des humains. Parce que miser  sur l’Homme, c’est miser sur la vie.

Cette journée internationale qui célèbre l’enfant est une journée á sensation mitigée ; á la fois triste et joyeuse.

Une  journée  de « tristesse », parce qu’on se demande comment un adulte peut exploiter les enfants, les maltraiter et dans quel intérêt ! Il ne devrait pas avoir de tolérance, de raison suffisante pour détruire une personne surtout un enfant, cette couche vulnérable, ces innocents.

Une journée de joie parce que le monde, les États, les Organisations nationales et internationales tous se lèvent comme un seul bloc pour dénoncer ce fléau de violences et venir avec des suggestions pour les éradiquer.

Et pour ce réveil collectif des consciences, il est lieu d’emphatiser sur l’importance de:

–         Inviter les États à mettre fin aux conflits en revenant sur les tables de discussions.

–         Faire appel à la conscience collective dans l’intérêt supérieur des Enfants.

–         Et de revenir sur cette question : Aimerais-tu qu’on brutalise ton enfant ?

Merci au monde de prendre soin des enfants afin d’éviter un avenir traumatisé.

Excellente journée des Enfants dans la non- violence et dans l’amour.

Ébène Baloka

 

Djenabou Balde