La femme à la une : Aïcha Koné, La Diva de la musique africaine : Biographie, carrière musicale et distinctions.

La femme à la une : Aïcha Koné, La Diva de la musique africaine : Biographie, carrière musicale et distinctions.

Aïcha Koné, originaire de la Bagoué précisément à (Gbon dans le département de Boundiali), est une chanteuse ivoirienne née le 21 mai 1957 à Abidjan,fille d’un médecin.

Elle aura des débuts difficiles en raison de l’hostilité de son père, Dr. Moussa Y. Koné, opposé au fait de voir sa fille embrasser une carrière musicale. Aïcha Koné débute véritablement sa carrière musicale au sein de l’Orchestre de la Radio Télévision Ivoirienne (ORTI) où elle est engagée comme choriste sous la direction, entre autres, de Boncana Maïga. Celui qui deviendra son mentor et sera jusqu’à Farafina Miria son arrangeur attitré, lui est présenté par Georges Benson, alors directeur des programmes de la Radio Télévision Ivoirienne RTI, qui l’a révélée au public ivoirien. L’adolescente côtoie ainsi d’autres grands maîtres de la musique africaine comme Manu Dibango avec qui elle va travailler. De ses années à l’ORTI, Aïcha Koné dit qu’elles l’ont aidée à « s’organiser et à se structurer ».

Très tôt influencée par la Sud-africaine Myriam Makeba, qu’elle rencontrera durant son exil guinéen, et interpellée par les mandolines de Nana Mouskouri et les guitares d’Enrico Macias aux accents d’Orient qui lui rappellent la musique mandingue, elle sort son premier 45-tours Denikeleni en 1979. Aïcha s’est imposée sur la scène musicale africaine et dont de nombreux textes de ses chansons sont en Sénoufo ou en malinké.

C’est une artiste de scène qui se produit dans le monde entier. Elle est la seule chanteuse ivoirienne à avoir obtenu 2 disques d’Or et plus de 45 prix et trophées.

Elle a sorti des chansons dont entre autres :

1979 : Denikeleni

1980 : Zata

1981 : Baba tounouna

1982 : Kamelemba

1982 : Soleil

1983 : Linda

1983 : Narda

1984 : Wodjoro

1986 : Aminata, Dia

1988 : Adouma

1990 : Tchaga

1992 : Poro Dance

1993 : Mandingo Live from Cote d’ivoire

1994 : Kanawa,l,l,lmmm

1995 : Halte à la guerre

1997 : Consécration

2001 : Le lion

2002 : Ben Kadi

2004 : Yiri Bâ

2006 : Farafina Miria avec la participation de Manu Dibango, Boris Bergman, Meiway

2010 : Wassa avec la participation de Thomas Tranchemontagne

Elle fût distinguée à plusieurs reprises :

1989 : Prix Ngomo pour la paix (trophée de la chanson dans l’ex-Zaïre);

2003 : Lion d’or en Guinée;

2005 : Tamani d’honneur (Trophée au Mali);

2008 : Kunde d’honneur (Trophée au Burkina Faso);

Aïcha Koné prône de nos jours la paix dans tous les pays africains quand elle chante “Kanawa” : elle invite les hommes politiques des pays comme le Liberia, la Somalie, le Tchad et l’Angola à faire cesser la guerre et à se réconcilier pour une Afrique meilleure.

Amadou Diaby pour femmesafricaines.info.

LA RÉDACTION