“J’ai perdu 45 kg, je suis devenue rousse et plus femme que jamais”

“J’ai perdu 45 kg, je suis devenue rousse et plus femme que jamais”

De Cindy Sander, on garde en tête le casting lors de la Nouvelle Star en 2007, son titre entêtant Papillon de lumière et sa métamorphose par Thierry Mugler. Mais cette chanteuse a aussi connu une vie jalonnée de drames et en a tiré une incroyable force !

Le 27 novembre 2007 restera à jamais gravé dans la mémoire de Cindy Sander. Ce jour là, les téléspectateurs de M6 ont découvert, lors du casting de la Nouvelle Star, une chanteuse à la voix puissante mais au style ampoulé dont la prestation a été atomisée à l’époque par le jury. Treize ans plus tard, ce souvenir bouleverse encore Cindy Sander qui a voulu raconté sa vérité et son parcours dans l’ouvrage Cindy Sander: de l’Ombre à la Lumière.

Avant d’être découverte puis moquée par la France entière, la chanteuse qui a commencé très tôt à donner de la voix a, en effet, été victime de harcèlement scolaire et sexuel de la part d’un oncle. Mais elle n’a jamais baissé les bras. C’est ce qui a plus à Thierry Mugler qui lui a offert le rôle principal dans le show The Wyld. Trois ans après la fin du spectacle, Cindy Sander n’a qu’un rêve : retenter sa chance en France. Nous avons rencontré cette artiste pas comme les autres.

Livre-cindy-sander
© Nombre7 Editions

Pourquoi avez-vous voulu écrire votre autobiographie ?
Cindy Sander :
J’ai toujours gardé mon jardin secret pour moi car j’ai connu beaucoup de souffrances et je ne voulais pas que certaines choses remontent à la surface. Mais j’avais besoin d’écrire ce livre afin, enfin, de lâcher prise. Je voulais aussi montrer qu’on peut se relever après un échec et faire de cet échec une force.

Vous avez peu connu votre père. Que vous a-t-il légué ?
Cindy Sander :
Mes parents se sont séparés quand j’étais petite. Mon père, que j’ai rencontré peu de temps avant sa mort, m’a fait découvrir une chanson qui s’appelle en français Attraper la lumière. Cette chanson parle des étoiles et d’un père qui dit à sa fille de chanter et de croire en la lumière. C’est un signe pour moi.

Votre mère a connu elle aussi son lot de drames. Quel est votre regard sur elle ?
Cindy Sander :
Ma mère n’a pas eu une vie facile mais elle m’a transmis sa force. Elle a eu le courage de toujours se relever. Elle a eu 12 enfants à une époque où il n’y avait pas le confort moderne. Elle est un merveilleux exemple de courage.

“J’ai commencé à chanter à l’âge de 9 ans”

La chanson est votre passion. Quand avez-vous commencé à donner de la voix ?
Cindy Sander :
J’ai toujours rêvé d’être patineuse artistique Mes frères, mes sœurs, mes oncles et tantes, ma maman étaient tous passionnés par la musique Je voulais faire quelque chose de différent mais ma mère n’avait pas les moyens de me payer des cours de patinage. J’ai donc chanté dès l’âge 9 ans. Quand j’ai fait ma première prestation devant un public, j’ai réalisé que c’était ma vie. Avant de faire le casting de La Nouvelle Star, je faisais parfois 2 galas dans la même journée dans ma région. Nous voyagions de ville en ville et j’en garde des souvenirs inoubliables.

Cindy Sander à 12 ans © DR

A l’école c’était plus compliqué…
Cindy Sander : 
J’ai, en effet, été rejetée par certains professeurs alors que j’ai toujours été une élève moyenne. Je me mettais souvent au fond de la classe car je ne voulais pas être remarquée et j’étais très discrète. Au collège, j’étais victime de remarques désobligeantes de la part des professeurs qui me disaient que c’était mal de chanter. J’ai donc arrêté l’école juste avant le lycée.

Le casting de la Nouvelle Star est un tournant dans votre vie. Dans votre livre vous expliquez que vous avez été manipulée du début à la fin…
Cindy Sander : 
A l’automne 2007, l’équipe de Jean-Luc Delarue m’a contactée pour participer à l’émission de Ça se Discute. Je suis donc arrivée au casting de la Nouvelle Star avec les caméras de France 2. Je me suis présentée devant un pré jury. J’ai chanté Underneath your clothes de Shakira alors que je n’étais pas bien à ce moment là car deux personnes de ma famille étaient décédées peu avant. Les membres de ce pré jury m’ont dit que j’ai une très belle voix et que je devais proposer un medley avant de me donner un billet pour le lendemain. Le deuxième volet du casting est connu. Mon passage devant le jury composé de Philippe Manœuvre, André Manoukian, Sinclair et Lio a été une catastrophe. Je suis rentrée chez moi en me disant : “Je ne vais plus jamais chanter”. Quand l’émission a été diffusée 4 mois plus tard, j’ai vécu un véritable drame.

 

“Quand l’émission a été diffusée 4 mois plus tard, j’ai vécu un véritable drame”

Cindy et son mari Sébastien en 2019 © DR

Vous allez ensuite faire une dépression. Est-ce votre mari Sébastien qui vous a permis de relever la tête ?
Cindy Sander : 
Effectivement, c’est lui qui m’a sorti de mon lit et qui m’a dit de me secouer. Il m’a dit que si la télévision voulait se moquer de moi, nous allions faire tourner la roue dans l’autre sens. Il a appelé plusieurs journalistes en leur proposant que je leur raconte ma vérité et quelques jours plus tard il y avait une dizaine de journalistes devant chez moi. J’ai alors réalisé qu’ils m’utilisaient pour faire le buzz mais j’ai décidé d’en jouer aussi en sortant le titre Papillon de lumière.

Comme s’est déroulée votre rencontre avec Thierry Mugler ?
Cindy Sander : 
Thierry Mugler/Manfred m’a dit qu’il croyait en moi alors que plus personne ne voulait entendre parler de Cindy Sander ou alors pour s’en moquer. Il m’a aussi dit qu’il avait un projet en tête. Il pensait déjà un spectacle à Berlin mais je lui ai annoncé que je partais pour participer à l’émission Les Anges à Los Angeles.

Que s’est il passé à votre retour ?
Cindy Sander : 
Tout s’est mis en route car je savais que je devais lui faire confiance. Il m’a proposé d’être la vedette du show The Wyld à Berlin. Cela m’a demandé 3 ans de travail. J’ai fait beaucoup de sport et j’ai perdu 40 à 45 kilos. Je suis devenue rousse et je me sentais plus femme que jamais. 

“J’aimerais être dans le jury d’un télécrochet afin de donner la chance à d’autres voix”

Comment décrire The Wyld ?
Cindy Sander : 
Thierry Mugler, Manfred, a travaillé pendant plusieurs années sur ce show. C’est un très beau spectacle où j’étais meneuse de revue. Pendant deux heures, je parcourais la scène d’un bout à l’autre et je survolais le public. Tous les soirs la salle était pleine. C’était très dur mais lors de la dernière représentation en 2017 Manfred m’a serré dans les bras et m’a dit : “On a réussi “.

The Wyld © DR

Qu’avez-vous fait ensuite ?
Cindy Sander :
Je suis rentrée à la maison car j’avais besoin de me poser. J’ai profité de mon mari, de mon fils et de ma mère. J’ai eu ensuite un projet de spectacle à l’étranger mais qui ne s’est pas fait car j’ai perdu mon frère Karleiz. Toutes les souvenirs négatifs sont remontés à la surface : je n’avais plus envie de chanter et même de parler. Pendant quelques mois, j’ai médité et j’ai prié. J’ai réalisé que tout ce que j’avais vécu m’avait permis d’être plus forte. C’est ce qui m’a décidé à écrire mon livre. Je me suis enfin réveillée à la vie.

Quels sont vos projets désormais ?

Cindy Sander :Il y a quelques mois j’avais un projet de show qui a malheureusement été mis de côté en raison du confinement. Aujourd’hui je rêve de revenir chanter en France afin de faire la paix avec mon pays.  J’aimerais aussi que mon livre soit adapté au cinéma. J’aimerais beaucoup travailler avec Grand Corps Malade, Julien Doré ou Francis Cabrel et, sans prétention, être dans le jury d’un télécrochet afin de donner la chance à d’autres voix. Il serait temps de remettre les belles voix à l’honneur !

 

Source www.journaldesfemmes.fr

Djenabou Balde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit − six =

Résoudre : *
30 − 17 =