J’ai appris à travers les médias, la triste mésaventure de notre sœur Mmah Sylla qui a rendu l’âme en Tunisie. Que son âme repose en paix. Son seul tort semble d’avoir eu confiance aux médecins. A en croire au récit jusque-là jamais démenti. Je me demande d’ailleurs si ces soi-disant médecins méritent encore ce titre.

J’ai appris à travers les médias, la triste mésaventure de notre sœur Mmah Sylla qui a rendu l’âme en Tunisie. Que son âme repose en paix. Son seul tort semble d’avoir eu confiance aux médecins. A en croire au récit jusque-là jamais démenti. Je me demande d’ailleurs si ces soi-disant médecins méritent encore ce titre.

Bonjour Cher es compatriotes,

J’ai appris à travers les médias, la triste mésaventure de notre sœur Mmah Sylla qui a rendu l’âme en Tunisie. Que son âme repose en paix. Son seul tort semble d’avoir eu confiance aux médecins. A en croire au récit jusque-là jamais démenti. Je me demande d’ailleurs si ces soi-disant médecins méritent encore ce titre.

Avec un mépris profond pour le serment d’Hippocrate et l’image de leur corporation, ils ont opté pour une barbarie sans nom pour abuser de notre sœur et la conduire progressivement vers la mort.

C’est triste de constater que les médecins violent une patiente. Aucun mot ne peut décrire cet acte ignoble, aussi aucune circonstance ne peut plaider en faveur de ces bourreaux. Ils doivent répondre de leur acte avec la rigueur de la loi. Car l’homme est sacré et le corps de la femme l’est encore plus. Nul n’a le droit d’en jouir sans son consentement, encore moins un médecin destiné simplement à la traiter.

Cet acte révoltant nous interpelle encore aujourd’hui plus que par le passé et encore à l’avenir. Car le viol devient un phénomène récurent, un sentiment d’impunité s’installe, les sanctions prises ne suffisent pas à freiner les prédateurs sexuels.

C’est le lieu de dénoncer tous les cas de viol, d’abus ou de harcèlement contre nos sœurs par qui que ce soit et à quelque niveau que ce soit.

J’interpelle les autorités à en faire une priorité, car il s’agit de nos sœurs…. L’avenir moral de notre nation, la cheville clé de la perpétuation de notre espèce. J’invite les magistrats à éviter toute complaisance et compassion envers ces hors la loi qui porte atteinte à la dignité et aux libertés fondamentales de nos sœurs.

Pourquoi Saran doit se livrer à un recruteur pour obtenir du travail ?

Pourquoi, Mabinty, Sia, Sadio, Fanta doivent remplir les départements de la fonction publique ou du secteur privé, sous prétexte de stage pour finalement satisfaire l’appétit sexuel des prédateur sexuels déguisés en responsable de service publique ?

Pourquoi ces stagiaires doivent être des souffre douleurs et accepter toutes les humiliations d’un pervers en toute impunité ?

Pourquoi nos sœurs sont appelées à monnayer leur corps contre les avancements à des postes à responsabilité ?

Pourquoi nos sœurs sont obligées de sourire pour trouver leur place qui leur revient de droit ?

Pourquoi ?

stop ça suffit. Plus jamais ça. Trop c’est trop.
J’en appelle à toutes les personnes éprises de justice partout dans le pays à se joindre à moi dans ce combat pour libérer nos sœurs des prédateurs sans âmes, ni foi.

Je demande au gouvernement de mettre en place un numéro vert de dénonciation des abus et viol dans les services, à l’école et partout à travers le pays.

Je demande qu’on criminalise ce qui empêchent les victimes de demander justice. Ceux qui cherchent à étouffer les cas de viol dans les familles, dans les villages, les quartiers partout où ça se produit.

Peuple de Guinée indignes-toi contre le viol, les abus envers nos sœurs. Levons-nous, dénonçons et agissons pour garantir un environnement sain et sécurisant pour nos sœurs.

La mort de Mmah doit servir à sauver les milliers de Mmah et à rendre justice à des milliers de Mmah.

Mmah sache que ta mort ne restera pas impunie.

Dr Mohamed Arafan CISSOKO,
mrcissoko.mohamed@gmail.com

Ambassadeur pour Médecins sans frontières Afrique de l’ouest et Centrale

Djenabou Balde

Related articles