Interview : Femme et Lettres. Et si l’on commençait par le Savoir !

Interview : Femme et Lettres.  Et si l’on commençait par le Savoir !

Place au monde des Lettres, dans ce monde, le savoir prime et comme le disait Gene Perret « Continuez à apprendre, la connaissance est le pouvoir. »…Commencez cette semaine dans le pouvoir de la connaissance et par la découverte d’une Dame, elle est juriste de formation, journaliste de profession et amoureuse de l’écriture et de la lecture. Elle est Hawa SOUMAH CARTER.

En passant par la librairie d’à coté ou en surfant sur internet, vous aurez vu, acheter ou regarder cette Bande dessinée ‘‘Aventures de Sékou’’ avec vos Enfants et pour vos Enfants. Dans les ‘‘Aventures de Sékou’’ ou dans “Sékou va à l’école”, Vos Enfants découvriront l’aventure plaisant de l’imagination. Découvrons la Dame à la Plume féerique. Hawa SOUMAH CARTER.

  • Vous êtes écrivaine des livres pour Enfant, d’où puisez-vous cet Amour du Livre, les Lettres :

Bercer dans la lecture, ma Mère, une férue de lecture. Elle m’a fait découvrir Agatha Christie, Guy DesCars et Gérard de Villiers. Je l’ai transmise à mes enfants. Nous avions commencé à lire pour mes enfants quand ils étaient encore dans mon ventre. Et cette habitude ne nous lâche plus. Mes enfants lisent tous les soirs au lit avant de dormir. La lecture les a transformés : Dans leurs manières, leur vocabulaire, l’orthographe etc.

Ne dit-on pas que les enfants sont le reflet de leurs Parents, est-ce vos Enfants ont ce goût du Livre, sont-ils des voyageurs dans ce monde d’imagination :

Depuis un bon nombre d’années, mes enfants enfilent le manteau d’écrivain pour une journée. Ils doivent eux-mêmes, concocter une histoire de cinq pages. Ils en sont illustrateurs et rédacteurs ! Cela les occupe et ensemble nous en parlons. Le dernier livret de mon garçon de 8 ans retrace mon histoire. Mon second de 5 ans, lui il est plutôt dans la reproduction de ses héros… Il les dessine et doit trouver une histoire différente de ce qu’il connait d’eux. C’est très intéressant de voir comment se manifeste leur imagination.

Qu’est ce qui vous a inspiré la bande dessinée ” Les Aventures de Sékou ” :

Mes enfants sont ma source d’inspiration. La magie que je voyais s’opérer en Eux, lors de nos nuits de lecture m’a inspiré à créer une bande dessinée destinée aux enfants de Guinée : ” Les Aventures de Sékou “. J’en suis à ma première édition intitulée : “Sékou va à l’école”. Cette édition vise à faire disparaître la peur qui noue l’estomac au tout premier jour de classe. Cette peur est présente tant chez l’enfant que chez les parents.

Dans cet ouvrage “Sékou va à l’école” j’explique, à l’aide d’images sélectives et de petits textes, que l’école est faite pour y apprendre de belles choses et rencontrer de bonnes personnes : Le personnel enseignant et les amis.

Depuis lors, je passe mon temps à écrire plein de textes en attendant de les illustrer… D’ailleurs cette situation de confinement s’y prête.

Le monde célébrait la journée mondiale du livre pour Enfant, Hawa SOUMAH CARTER revient sur cet évènement :

Nous vivons dans une logique évolutive, une démarche de progrès. Alors chaque composante de l’humanité importe. Les enfants sont ceux-là mêmes qui constituent le maillon qui assure le lendemain… Toute idée de célébrer toute activité qui revient à les rendre plus confiants, plus indépendants, plus avertis et plus avenants, mérite l’attention de tous !

Le livre chez l’enfant est un outil destiné à mieux le préparer à apprécier le monde dans lequel il vit, à comprendre son environnement, à tirer ses propres conclusions, à l’amener à faire ses choix en connaissance de cause. Une journée de célébration a donc tout son pesant d’or.

4– Que pensez- vous de ces mots de Krishnamurti ” L’éducation consiste à comprendre l’enfant tel qu’il est, sans lui imposer l’image de ce que nous pensons qu’il devrait être” :

 J’achète et adhère totalement à cette assertion. C’est tout à fait exact.

C’est d’ailleurs pour cette raison que mes enfants sont inscrits à une école Montessori. La méthode d’apprentissage dans cette catégorie d’école place l’enfant comme acteur de sa propre vie, comme responsable de ses propres gestes et comme un individu qui possède toutes les clés de sa réussite.

L’éducation doit donc constituer à offrir à chaque enfant, à chaque élève, un enseignement individualisé qui tient compte de son rythme, de ses forces, de ses défis et de ses aptitudes. J’achète totalement cette pensé de Krishnamurti …

 Comment amener un enfant à aimer la lecture :

Je me suis posée cette question lorsque j’ai décidé d’investir dans cette magnifique aventure d’écrire pour les enfants de Guinée. Vous savez les conditions économiques actuelles du pays poussent beaucoup de parents à ne pas tergiverser lorsqu’il s’agit de faire lire son enfant ou de le nourrir.

Ce n’est pas sorcier pour trouver la réponse. Ceci était déjà, en lui seul, un énorme défi à relever. En plus, comment amener l’enfant à aimer lire. L’indispensable ingrédient est l’identité, se reconnaître dans ce qui est lu, vu dans le livre.
Pour la petite histoire. Pour réaliser ma première bande dessinée, j’ai offert un voyage en Guinée à mon illustrateur. Le but de cette démarche était que mes livres reflètent la réalité de ceux à qui ils sont destinés. Que l’enfant guinéen y retrouve ses gestes du quotidien… Il voyage ainsi de la curiosité à la découverte en passant par la reconnaissance. L’enfant se dit à ce moment : Tiens, il me ressemble. Il se sent du coup important et ne demanderait pas mieux que de dévorer le livre qu’il a sous ses yeux… Alors c’est cette astuce que j’utilise pour les inciter à la lecture. Et jusque là, les résultats sont bons.

Certains Parents se retrouvent entre acheter un diner copieux ou acheter un livre, que direz-vous à ces Parents :

Autant qu’il est important qu’il mange pour vivre, autant qu’il est important qu’il lise pour réussir. Et de passage je signale que mes livres sont gratuitement distribués en Guinée. C’est l’occasion pour moi, de remercier tous ceux qui nous ont accompagnés et à demander à ceux qui veulent faire pareil, de nous contacter à kaporopublications@gmail.com 

Je vous invite à faire un tour sur mon site web : www.hisekou.com
Je travaille en ce moment sur une nouvelle édition et pour toute personne qui souhaiterait apporter une quelconque aide serait plus que la bienvenue.

Avez-vous un dernier message à véhiculer :

Oui ce serait sur la non-violence. Je ne tolère aucun abus même au nom de l’éducation. Je pense que l’effet escompté est archi erroné. Sur le coup, on dit qu’il le fallait mais ignore ce que cela peut détruire chez l’enfant.

Cela demande beaucoup de patience, de communication, de fusion avec un enfant pour ne pas tomber dans un abus qui peut être fatal.

Ceci est valable pour le corps enseignant qui, je ne cesserai de le dire, doit bénéficier d’une formation rigoureuse afin de les aider à utiliser les autres moyens que la violence, quelle qu’elle soit. La violence engendre la violence, évitons de créer un cercle vicieux.

L’écriture est un monde de partage. De l’humanisme aux partages des pensées. Que serait un monde sans ses héros des Plumes.

Femmeafricaine partage un de plus, comme Albert EINSTEIN l’a noté : Ces personnes qui ont le privilège du savoir ont le devoir d’agir.

Ébène Baloka

Djenabou Balde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 × 4 =