En partenariat avec la COFFIG (Coalition des femmes et filles de Guinée),  l’ONG APVO (Association pour la protection des veuves et orphelins), vient en aide aux veuves de Conakry en procédant,  ce samedi 25 juin, à une série de dons de denrées  alimentaires, composées de Riz, de tomate, de sucre et d’huile, dans quatre communes de Conakry, Ratoma, Dixinn, Matoto et Matam.

Ce geste qui s’inscrit dans les objectifs de cette association a été reçu avec beaucoup de joie par les bénéficiaires.

Fatoumata soumah, veuve et bénéficiaire témoigne: «Je prie pour cette association, je suis dans une immense joie aujourd’hui, parce que nous les veuves somme souvent pauvres, nous sommes sans père et sans mère, et notre mari qui subvenait a nos besoins aussi nous à quittés, nous laissant la charge des enfants, ma coépouse et moi nous avons onze enfants, et aucun n’a encore une bonne situation, ils sont encore petits. Donc  nous sommes là pour cette association, qu’elle prenne soin de nous et nous aide à prendre soin des enfants. Nous les veuves  vivons aujourd’hui misérablement. Nous souhaitons que vous fassiez ce genre de geste pour toutes les veuves et que Dieu vous paie. Je ne peux que prier afin que votre association aille de l’avant.»

Parlant de cette association, la présidente, MM. Bangoura M’ballou Fatoumata Camara a déclaré: «Nous sommes une jeune association qui bénéficie de l’aide de la COFFIG en matière de formation, nous nous occupons des orphelins et des veuves. Parce que généralement ils sont démunis et la plupart issus des familles  polygames, ce qui les rend davantage vulnérables. Voilà la raison de notre choix».

Parlant du geste du jour, elle ajoute: « nous le faisons,  parce que le 23 juin était la fête internationale des veuves. Une fête mal connue chez nous. C’est pour donc donner un sens à cette fête que notre association a décidé de faire un don. Un don qui pourrait aussi, nous l’espérons, aider les familles à mieux supporter le Ramadan. Nos actions sont symboliques.»

En plus, «ceci est un premier pas, et comme pour l’instant  nous fonctionnons grâce à nos cotisations, par nos propres moyens, à l’avenir, nous comptons prendre les veuves en charge, leur apprendre un métier et les aider à faire des épargnes », conclut Mme Bangoura M’Ballou.

Source : Guinée7.com