Guinée: Violences conjugales : les victimes réduites en silence à Conakry.

Guinée: Violences conjugales : les victimes réduites en silence à Conakry.

Dans la société guinéenne, les violences conjugales constituent un phénomène assez rependu. Cependant, elles sont souvent tolérées, ignorées et même encouragées par certains.

La violence conjugale, même si elle n’est pas chez vous, elle n’est pourtant pas loin. Mais le caractère tabou entretenu autour du sujet, la peur des représailles en cas de dénonciation, des considérations sociaux culturels la cache. Seuls les yeux aguerris la voient et les cœurs sensibles la condamnent. Ces cœurs sont ceux des acteurs sociaux qui œuvrent inlassablement contre ces violences.

Les violences conjugales étant les atteintes à l’intégrité physique et moral telle que les coups et blessures, les tatouages, les mutilations génitales féminines (MGF), privation d’intimité dans le couple, les injures, les harcèlements… Ces violences concernent aussi bien les femmes que les hommes. Cependant, les violences conjugales touchant les femmes sont les plus visibles. En effet, le président du Conseil supérieur de la communication (CSC) Abdourahamane Ousmane souligne que huit (8) déclarations par jour de violences faites aux femmes ont des liens de famille avec leurs conjoints. Au-delà, l’Enquête démographique et de santé en Guinée, « les résultats selon certaines caractéristiques socio-démographiques montrent que les proportions de femmes qu’un mari bat est plus élevée parmi les femmes en Union (61%) contre 46% chez les célibataires ».

Les principales causes de violences conjugales sont liées au fait que les hommes exercent une domination sur le foyer, jouissant ainsi d’une impunité entretenue par la société. En cas de violence, la femme est réticente à dénoncer son homme et à plus forte raison porter plainte contre lui. Cette position de faiblesse est due aux pesanteurs socio-culturelles qui maintiennent les femmes dans la résignation. C’est ainsi que, des ONG et associations sont à pied œuvre pour rencontrer ces femmes violentées afin de les sensibilises sur leurs droits et devoirs.

Car, la violence faite aux femmes dans la cellule familiale peut avoir une multitude de conséquences dévastatrices sur leur santé et leur bien-être à cours et à long terme.

Amadou Diaby

amadoualphamariamadiaby@gmail.com

620-478-154

LA RÉDACTION