Guinée : Une fille jette la soude-caustique sur le visage de sa rivale !

Guinée : Une fille jette la soude-caustique sur le visage de sa rivale !

safiatouDans la soirée du mardi 24 mai 2016, mademoiselle Mahawa Camara, âgée d’une vingtaine d’année, domiciliée au quartier Gbessia cité1, a jeté la soude-caustique sur le visage de sa rivale du nom de Safi Camara L’acte s’est produit à Gbessia dans la commune de Matoto.

Selon Aboubacar Sylla, un témoin des faits, mademoiselle Mahawa Sacko et  Safi Camara  sortaient  ensemble avec le  jeune Boubacar Kalissa. « C’est hier aux environs de 21heures la demoiselle Mahawa a monté un guetta à peins pour atteindre sa victime. Elle s’est fait passée pour Boubacar Kalissa tout en  appelant la victime de se retrouver dans  un couloir non loin du domicile de Kalissa. Lorsque la fille est venue, elle a jeté la soude-caustique sur son visage. La victime a crié au secours. Lorsque nous sommes  arrivés sur les lieux, Mahawa Camara avait pris la poudre d’escampette. Safi Camara  a été transportée d’urgence  dans une clinique de la place avant son transfert à l’hôpital Ignace Deen pour des soins. La soude-caustique est versée sur sa bouche et sa langue. Je tiens à vous précisé que la victime est en état de grossesse », a-t-il expliqué.

De poursuivre, il a dit : « Quelques minutes après l’acte, les jeunes du secteur Gbessia centre ce sont massivement mobilisés pour détruire l’école et la concession de la maman de la présumée auteur. Les habitants de la localité ont alerté les forces de l’ordre pour éviter le pire dans cette affaire ».

Selon une autre source, Mahawa Sackho n’est pas à sa première expérience. « L’année dernière, elle a porté des blessures par  lame sur une autre fille qu’elle soupçonnait  sortir  avec le même jeune Kalissa. Ses parents ont plaidé la famille de cette victime qui s’est aussi révoltée. Elle a toujours fait des préméditations avant d’agir », a dit  Fodé Sylla, un citoyen de Gbessia.

Au moment ou nous allions sous presse, nos sources revelent que la présumée auteur séjourne à la Direction de la police judiciaire (DPJ).

 Yans

 

 

Djenabou Balde

Related articles