Guinée : Trouver un logement à Conakry est devenu un vrai calvaire: ce qu’en pensent certains citoyens de la capitale.

Guinée : Trouver un logement à Conakry est devenu un vrai calvaire: ce qu’en pensent certains citoyens de la capitale.

De nos jours, se trouver une maison à location en Guinée devient de plus en plus un véritable casse-tête pour les citoyens. Au-delà de la cherté des frais de location ou de rupture unilatérale des contrats, ce sont des augmentations de fois fantaisistes qu’imposent certains concessionnaires. A l’occasion d’un micro trottoir réalisé par votre site d’information femmesafricaines.info, certains citoyens rencontrés ont livré leurs points de vue sur la question.

Après plusieurs semaines de démarche sans succès auprès des concessionnaires pour se trouver une chambre et salon, Abdoulaye Camara  risque d’être délogé de la chambre qu’il occupe jusque-là dans la commune de Matoto. Il explique sa situation et interpelle l’Etat à s’impliquer afin de réglementer le secteur : « Moi que vous voyez, je suis une victime direct. Je suis en train de chercher actuellement une chambre et salon, mais c’est impossible. Vous pouvez voir certains concessionnaires qui demandent 2 ans d’avance, une année ou 6 mois. Mais tout ça c’est l’État, si l’État est vraiment faible, tout sera possible. Il faut aider sa population comme le Sénégal, comme la Sierra Léone. Il faut vraiment essayer de construire des logements sociaux. Je vous donne par exemple à Ratoma ou à Matoto, beaucoup des étages sont vides parce que c’est trop chère. Il faut que l’État s’implique. Là où je suis là je suis menacé par le concessionnaire m’a donné un préavis qui arrive bientôt à terme et je n’arrive pas à trouver, surtout avec les faux démarcheurs, c’est vraiment compliqué. », regrette t-il.

Abordant dans le même sens, un autre citoyen rencontré à Coza impute la responsabilité à l’État. Il pointe du doigt la non réglementation du bail en Guinée, contrairement à certains pays voisins de la sous région : << C’est à l’État parce qu’il n’y a pas de réglementation dans la location des maisons. Si vous prenez les pays voisins, l’État s’implique. L’Assemblée Nationale vote des lois réglementant la location des maisons. Mais ici, c’est l’augmentation fantaisiste, c’est de la pagaille totale, chacun fixe comme il veut. Imaginez vous venez pour chercher une maison, on vous dit 2 ans d’avance. Vous évaluez les 2 ans là, vous vous retrouverez dans les 10 millions. Et si vous n’avez pas ce montant, vous risquez de passer la nuit à la belle étoile. Il faut que l’État s’implique dans la réglementation des maisons auprès des bailleurs, sinon il arrivera des moments où il y aura des gens qui n’auront pas où logé. »,  a dit  Lancinet Koulibaly.

Interrogé sur la question, un bailleur qui a requis l’anonymat, nous a fait savoir que la réglementation du loyer en Guinée n’est pas d’actualité chez lui, au regard de ce qu’il a investi pour construire sa maison : « Ça ne sera pas effectif en Guinée. Vous ne pouvez pas se lever à un beau matin pour venir dans une maison que vous n’avez pas participer non seulement à l’acquisition du terrain, aux  démarches administratives, mais aussi à la construction pour dire que vous allez réglementer. C’est impossible. », a-t-il précisé.

A rappeler qu’en 2018, un mouvement dénommé  ” Tous contre le loyer chère ” initié par certains jeunes volontaires avec l’appui de quelques députés avait déposé à l’Assemblée Nationale une proposition de loi sur la réglementation des loyers en Guinée. Mais cette proposition de loi n’a pas été jusque-là examinée par les parlementaires guinéens. Pendant ce temps, les citoyens guinéens sont laissés au bon vouloir des concessionnaires.

Amadou Diaby
amadoualphamariamadiaby@gmail.com
620-478-154

LA RÉDACTION

Related articles