Guinée/Santé : La sexualité juvénile : Des jeunes filles souffrent des perforations, des douleurs intenses dus à un avortement à la hâte.

Guinée/Santé : La sexualité juvénile : Des jeunes filles souffrent des perforations, des douleurs intenses dus à un avortement à la hâte.

Certaines filles dans l’optique de se débarrasser d’une grossesse non désirée, se prêtent à toutes les pratiques présentes. Finalement elles se voient avec une panoplie de problèmes sanitaires. Dans une interview exclusive, à l’occasion de la journée internationale des infirmiers, Mme Kaba Fatoumata, infirmière de son état, s’est exprimée sur la question .

L’humanité a célébré la journée internationale des infirmiers ce mercredi, 12 mai 2021.
Cette occasion a été mise à profit pour parler des difficultés que les infirmiers rencontrent dans l’exercice de leur métier.
La surveillante générale du CMC RATOMA, Hadja Fatoumata béavogui s’est prêtée à nos questions.

Au cours de l’entretien, la surveillante générale, interrogée sur la question d’interruption de grossesse dont les filles font objet, est revenu sur les méthodes qu’ils usent pour convaincre une fille à garder sa grossesse notamment la sensibilisation, la moralisation … Et malgré tout ce effort, selon elle, certaines persistent à s’en débarrasser : « Certaines filles ne souhaitent pas garder leur grossesse. Et dans les cas pareils, on passe d’abord par une sensibilisation mais si toute fois elles persistent pour l’enlever, dans ce cas on leur soumet à un spécialiste pour le faire », a-t-elle répondu

Pour elle, mieux vaut leur aider à enlever la grossesse que de leur laisser, face à un refus, s’adonner à une autre pratique d’avortement qui leur coûterait la vie : « Tout cela c’est pour ne pas qu’elles nous contournent et aillent s’étaler sous un profane en la matière. Et généralement la mauvaise intervention entraîne des conséquences graves notamment la perforation. », a-t-elle conclu

Malgré les sensibilisations autour des contraceptifs pour se protéger des grossesses non désirées mais aussi des maladies transmissibles. Les conseils semblent sauter aux oreilles.

Ismaël Koné pour femmesafricaines.info

LA RÉDACTION

Related articles