Guinée/préparatifs de la fête de Ramadan : flambée des prix : « Nous vivons actuellement l’enfer sur terre avec cette situation. », dit une citoyenne au marché de Koloma.

Guinée/préparatifs de la fête de Ramadan : flambée des prix : « Nous vivons actuellement l’enfer sur terre avec cette situation. », dit une citoyenne au marché de Koloma.

À quelques  jours de la fête de ramadan, plusieurs femmes de la capitale préfèrent acheter à l’avance les condiments pour la cuisson. Au marché de Koloma, le prix des denrées alimentaires connait une hausse vertigineuse chaque jour. Une situation qui inquiète la population guinéenne.

Notre reporter est allé s’enquérir de la réalité dudit marché.

Mariama Ciré Bangoura, vendeuse de piments au marché de Koloma, exprime son amertume quant à l’augmentation du prix de sa marchandise « Vivre en Guinée ce n’est rien que du calvaire que tu sois vendeuse ou cliente. Nos marchandises tardent sur la route avec la vétusté ça arrive ici en état de pétrification et les clients n’aiment pas acheter sauf ceux qui n’ont pas les moyens et bientôt la fête il faudrait vendre la bonne qualité. Cependant, le sac de piments est à 900.000 GNF en Guinée. Et si tu dis de soustraire dans les 900.000 GNF pour avoir de quoi nourrir les enfants tu ne le pourras pas. Le riz est à 8.000 GNF le kilo et si tu prépares deux kilos chaque jour il n’y a pas de poisson, il n’y a rien du tout sauf la cherté sur cherté » déplore-t-elle.

Quant à Keïta Aïcha, citoyenne rencontrée au marché de Koloma se lamente de la cherté des denrées alimentaires : « avant mon mari pouvait me donner 30.000 GNF, je gagne le riz et la sauce mais actuellement si ce n’est pas 60.000 GNF je ne peux rien gagner. Avec la fête qui s’annonce, on risque de ne pas manger un plat copieux sachant bien que nous sommes en location et il faut payer cela sans oublier l’habillement des enfants. Nous vivons actuellement l’enfer sur terre, que le gouvernement et les nantis nous aident. » s’indigne-t-elle.

Hors micro, elles sont nombreuses ces femmes qui ne savent plus à quel saint se vouer pour célébrer convenablement la fête de l’aïd-el-Fitr.

Amadou Diaby
amadoualphamariamadiaby@gmail.com
620-478-154

LA RÉDACTION

Related articles