Guinée/Mois de l’enfant : Manque d’espace de jeux, les tout petits dénoncent cet état de fait.

Guinée/Mois de l’enfant : Manque d’espace de jeux, les tout petits dénoncent cet état de fait.

En ce mois de juin qui est celui de l’enfant, un mois consacré à la reconnaissance des droits des enfants. En Guinée, ils vivent dans des situations encore déplorables et leurs besoins les plus élémentaires demeurent inexistants.
C’est le cas du manque crucial des aires de jeux, telles que : les terrains de football, de divertissement, de lecture, etc…

A Conakry, ils sont nombreuses ces enfants qui se plaignent de cette situation et lancent un appel à l’État afin de construire les espaces de jeux pour eux.

Rencontré en train de jouer au football dans la rue, Alpha Diaby, âgé de 15 ans et élève de son état s’insurge contre l’absence des terrains de jeux notamment celui du football : << Comme vous voyez, nous jouons au football en pleine rue, il y a les voitures et motos qui circulent aussi, nous sommes obligés de jouer ici, car il n’y a pas de terrain bien aménagé dans notre quartier ,c’est le football de la rue ,on a pas le choix car, le gouvernement n’a rien fait pour construire même un mini-stade . Je demande à l’État et aux personnes de bonne volonté de nous aider à avoir des espaces de jeux pour qu’on puisse s’épanouir. >>, a-t-il lancé.

Abdoulaye Sylla, élève en classe de 6è année et âgé de 12 ans déplorable le manque de lieux de lecture et de détente : << On a pas de lieux de divertissement ni de lecture, nous sommes tenus obliger de partir faire la lecture dans les lieux isolés comme au camp, c’est vraiment dommage. Mon père m’a dit que dans les autres pays qu’il y a des espaces aménagés pour la lecture et la détente. Il faut que le président nous aide nous les enfants à avoir beaucoup de lieux de divertissement et de détente  pour que nous passions des bonnes vacances. >>, plaide-t-il.

Hors micro, les enfants ont exhorté le gouvernement de construire des bleue-zones dans les différents quartiers là où vivent beaucoup d’enfants.

Amadou Diaby pour femmesafricaines.info

LA RÉDACTION

Related articles