Guinée : L’antenne du FNDC et plusieurs organisations appellent une manifestation à Paris.

Guinée : L’antenne du FNDC et plusieurs organisations appellent une manifestation à Paris.

Si en Guinée, il est interdit de manifester depuis le lendemain de l’élection présidentielle d’octobre qui avait été marquée par des violences meurtrières et des vagues d’arrestations, l’opposition compte se faire entendre ailleurs. C’est en France que le camp de Cellou Dalein Diallo, Abourahmane Sano et cie envisagent de défier le président Alpha Condé attendu à Paris le 18 mai prochain. 

Un appel à manifester vient d’être lancé par plusieurs mouvements de l’opposition. Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie (ANAD), le Collectif pour la Transition en Guinée (CTG), les Forces Vives (FV) et le Réveil Guinée (RV), s’associent pour inviter les guinéens résidant en Europe à participer à une manifestation qu’ils organisent le 18 Mai 2021 à Paris, à l’occasion de l’arrivée d’Alpha Condé en France”.

Le dirigeant guinéen Alpha Condé est attendu à Paris en mai prochain pour un sommet de Chefs d’Etat axé sur le financement des économies d’Afrique subsaharienne, durement impactées par la Covid-19.

<<Il s’agira de protester contre la venue du despote guinéen au pays des droits de l’homme et de démontrer à la face du monde le rejet catégorique et massif de son régime illégal et liberticide >>, ont-ils précisé.

Cette manifestation sera mise à profit, précisent les organisateurs, “pour dénoncer la prise en otage du pays par des imposteurs et exiger le départ du dictateur Alpha Condé du pouvoir et la libération de tous les détenus politiques”. Ils appellent le “Peuple de Guinée à rester mobilisé pour la poursuite du combat jusqu’au départ du dictateur Alpha Condé”.

Cette manifestation est un nouveau test pour l’opposition, qui, manifestement n’entend pas lâché du lest, bien qu’elle ait été beaucoup secoué ces derniers mois par le régime Condé. Plusieurs de ses dirigeants sont soit, emprisonnées, ou contraints à l’exil.

A suivre !
Amadou Diaby
amadoualphamariamadiaby@gmail.com
620-478-154

LA RÉDACTION

Related articles