Guinée/Femme à la une: Oumou Dioubaté : L’histoire d’une voix engagée et mélodieuse.

Guinée/Femme à la une: Oumou Dioubaté : L’histoire d’une voix engagée et mélodieuse.

Oumou Dioubaté est née en 1964 à Kankan dans une Famille de Griots. Tétée et bercée dans le Djeliya, elle commença la musique tout juste à ses sept (7) ans.
Elle est la fille de la grande diva Gnamakoro Kanté dont elle a hérité la voix, est une activiste, féministe et amoureuse de l’Homme en général. Elle s’implique et se bat pour la cause des femmes, pour la reconnaissance de leurs mérites et pour le rôle incontournable des femmes dans le maintien de l’ordre et la paix dans le monde.

Au décès de sa maman, elle la remplace comme chanteuse dans le grand Ensemble de Kankan et devient extrêmement populaire.

En 1997, elle sort son premier album solo dénommé “femmes d’Afrique’. Entre tradition et modernité, l’album est classé dans les rayons musique du monde.

Elle, à la merveilleuse voix rend un hommage vibrant aux Mères du monde en retraçant son parcours et son vécu avant d’être Mère. Pour ce mois de l’Enfant, votre site de la Culture guinéenne célèbre les Enfants du monde à travers le titre LANCEY qui a été produit par Syllart Records en 1993 et qui continue à faire danser des milliers d’Enfants en général et les Enfants dont les Parents ont souffert pour les avoir en particulier. Les textes de ses chansons évoquent tous la défense d’une cause noble, c’est à croire que la Belle Hadja Oumou à la belle Voix s’inspire de la Justice, des valeurs humaines, républicaines et africaines.

La Féministe Dioubaté dénonce les souffrances que les Femmes Stériles et celles qui ont des difficultés à procréer endurent. Elle célèbre les Femmes et refuse de réduire la Femme qu’à la maternité en affirmant qu’une Femme reste Femme bénie même n’ayant pas conçu. Par cette équation, une femme fertile n’est pas plus que celle stérile. Dans une autre chanson, l’élégante Griotte fait danser au rythme du Zouk Traditionnel Manden et dénonce le fait que l’argent soit considéré comme la clé du monde, la clé du succès. L’humaniste insiste sur les conséquences de l’argent dans les relations en ces termes, dixit : « L’argent n’est pas bon, c’est lui qui détruit les relations, les fraternités », elle appelle ainsi à l’amitié, à l’humanisme et tout cela dans son titre Fenko produit par la Maison Syllart Records. Critiquée pour n’avoir défendu et chanté que la Femme, elle décide de rendre un vibrant hommage aux hommes dans le titre Kèbalou dixit : « Je ne suis pas contre les hommes, mon généreux père est un homme, mes frères sont des hommes. Pourquoi je serai contre les hommes si mon seul fils est un homme et pourquoi donc, je serai contre les hommes si mon merveilleux Époux est un homme qui m’aime et que j’aime. »

Oumou à la mélodieuse voix continue sa lutte dans ses musiques comme l’enseigne les Valeurs des Djelys. Des valeurs basées sur la Paix, la Cohésion sociale, la consolidation des relations pour ne citer que ceux-ci. Si la Belle Dame Dioubaté est une fille de la culture guinéenne, qui peut encore douter de sa richesse de cette culture.
Aujourd’hui, Oumou fait partie des grandes divas de l’Afrique de l’Ouest.

Amadou Diaby pour femmesafricaines.info

LA RÉDACTION

Related articles