La majeure partie des enseignants de Fria auraient décidé de rejoindre les classes, mettant ainsi fin à la grève dans leur zone. L’attribution des efforts ayant conduit à cela au directeur national des impôts, Aboubacar Makissa Camara, ressortissant de cette ville, met en colère la Directrice Préfectorale de l’Education (DPE), Mme Arabé Condé.

Notre rédaction a été contactée par son entourage, nous expliquant l’envie de la dame de démentir « cette intox » qui vise, selon eux, à présenter Makissa comme l’artisan de ce retour en classe des hommes de craie.

« Si les gens s’attribuent cette victoire, moi je n’ai jamais connu un ressortissant qui a aidé l’éducation depuis mon arrivée, aucun parent d’élève », a démenti Mme Arabé Condé, DPE de Fria.

Donc, poursuit-elle, la victoire de Fria aujourdhui dans le contexte de l’éducation, c’est grâce à madame Arabé Condé et l’équipe dynamique, engagée et déterminée à mes côtés au niveau de la DPE et des structures déconcentrées.

« Moi, Arabé Condé, depuis le 20 septembre, date de l’ouverture administrative, je n’ai jamais foutu pieds à Conakry, même pour voir mon mari. Personne d’entre nous n’a une vie de famille. La dernière sous-préfecture à reprendre les cours, c’est Tormelin (village d’origine de Makissa Camara Ndlr). Il a fallu notre déplacement à quatre reprises pour sensibiliser. Nous avons même les images qui l’attestent. Donc moi je ne reconnais aucun ressortissant, aucune coordination. La seule personne que je peux remercier, c’est Mme le préfet qui était à notre disposition« , a expliqué la première autorité de l’éducation dans la préfecture de Fria.

guinee114