Excision : Un débat Contradictoire chez les femmes !!!

Excision : Un débat Contradictoire chez les femmes !!!

La Guinée fait partie des pays qui pratiquent le plus au monde l’excision/MGF (Mutilations Génitales Féminines). Elle arrive en deuxième position juste après la Somalie avec un taux de prévalence de 96 %. Face à ce problème notre reporter a recueillis les propos de certaines femmes. Malgré cette lutte fatale, certaines femmes soutien l’excision.

A l’entame de son intervention   Madame Diané Solange a tout d’abord qualifié l’excision de mauvaise chose : « L’excision détruit nos vie de couple je suis contre les gens  qui font  l’excision dans leurs familles. L’excision n’est  pas  bon,  parce qu’un  enfant  qui n’est pas  excisé,  il vie très bien avec son mari et c’est  rare de voir aujourd’hui un  jeune avec  quatre femmes  parce qu’il est  satisfait  par  sa femme ».

Et d’ajouter : «  Ensuite, il y’a des  couples  aussi  qui ce sont  séparés  a cause de non satisfactions de leur femmes. Elle est aussi la cause de la séparation du corps entre la femme dès l’âge de 48 à 50 ans avec son mari. Parce qu’ils n’ont pas le goût, le sentiment ou le plaisir pour leur mari.   Ce qui pousse certains vieux hommes a sortir dans la rue à la recherche des jeunes filles », a-t-elle ajoutée.

Par contre,  Hawa Camara soutien  l’excision, tout en déplorant l’utilisation d’un couteau sur 5 à 10 personnes :

« L’excision est  bon pour nous les enfants d’aujourd’hui.  Par contre, les enfants  non excisé sont  excités, agités, tourmentés, et  ils oses  de faire les choses dans la rue  devant  les  grandes personnes, même leur habillement  sont  excitant  et extravagant . Et  aujourd’hui  l’états veut  mettre  fin à l’excision,  alors que l’excision est  bon, mais c’est  la  manière de faire  qui n’est pas bonne. Excisé 5 à 10 personnes  avec  un seul  couteau ou ciseaux ce n’est  pas normal.  Cet acte cause  beaucoup de problèmes à la  femmes  comme :  les maladies transmissible , les règles  douloureuse , et  ils sont  des  problèmes à l’accouchement .  Donc il faut  s’organiser  pour  lutte contre cette manière ».    

Maciré Bangoura

+224 621 666 513   

Djenabou Balde