Crime passionnel : Une femme verse de l’eau bouillante sur sa rivale !

Crime passionnel : Une femme verse de l’eau bouillante sur sa rivale !

Lelouma: Après le dossier Mahawa Sacko et  Safi Camara  avec le  jeune Boubacar Kalissa  au quartier  Gbessia cité1, dans l’affaire de soude-caustique, c’est une femme qui a versé à son tour de l’eau bouillante sur une femme qu’elle considère comme étant la petite amie de son mari.

Le fait s’est déroulé le weekend dernier, selon un confrère basé sur place, précisément le dimanche 29 mai, à Kheriko dans la préfecture de Lélouma, lorsque la coupable a eu le doute d’une relation amoureuse entre la victime et son mari.

Selon nos confrères basés sur place, la victime Fatoumata Diouldé Diallo,  âgée d’une trentaine d’années, se rendait dans un village de Khériko pour récupérer de l’argent qui lui aurait été envoyé pour le frais de voyage de son jeune frère à Banjul.

Après un long trajet, cette dernière aurait décidé, compte tenu de la tombée de la nuit, de faire escale à Makarin, un autre village, afin de se reposer pour ensuite continuer son chemin le lendemain.

Ayant été reçue par une connaissance qui se trouvait là, elle a été hébergée dans une chambre qui lui aurait été aménagée à cet effet.

A l’absence de sa coépouse qui serait partie regardé un film, Amadou Dioulde Bah (nom de la coupable, ndlr), la trentaine, après avoir soupçonné que l’étrangère soit la maitresse de son mari, aurait cherché la clé de secours de la chambre dans laquelle la femme a été hébergée.

Entre temps, elle aurait bouilli de l’eau qu’elle a déversée sur tout le corps de Fatoumata Diouldé Diallo qui a été surprise dans son sommeil profond.

Poursuivant, le capitaine Mamadou Ciré Diallo affirme que cette attitude de jalousie aurait occasionné plusieurs brulures et cloque sur le visage, le ventre et poitrine, le dos et autres parties du corps de Fatoumata Diouldé Diallo.

Au regard des gravités de la blessure, la victime a été évacuée d’urgence sur Conakry le même jour, dimanche 29 mai 2016, pour des soins intensifs médicaux.

Sylla

Djenabou Balde

Related articles