Alseny Sacko alias Koékoé Jean pierre Gouepogui, âgé de trente-deux (32) ans et plombier de profession, arrêté par les agents du Secrétariat spécial à la présidence, chargé des crimes organisés, a été présenté à la presse ce mardi à Conakry. Accusé de viol, d’escroquerie et d’administration de substances nuisibles, l’homme se serait fait passer pour un guérisseur traditionnel notamment de femmes stériles et aurait fait beaucoup de victimes.

«Moi je suis guérisseur traditionnel, je travaille avec les racines, les écorces….J’utilise les testicules des chèvres que je mélange  avec les médicaments, de l’oignon et autres choses. C’est ce que je fait entrer dans la partie génitale d’une femme pour faire sortir la maladie. Après, j’appuie son ventre et ça sort», explique le principal accusé qui a nié tout acte de viol sur ses «patientes».

«Il se fait passer pour un guérisseur traditionnel. Il dit qu’il traite les fibromes, qu’il traite des aveugles. Mais ce n’est pas ce qu’il fait, c’est un violeur en série»,  témoigne l’une des 18 femmes victimes présentent lors de sa présentation à la presse.

«Si vous visualisez le contenu de son téléphone, les photos et les vidéos, si vous êtes religieux, si vous respectez les droits humains, vous pouvez passer des semaines à y réfléchir…y a encore des victimes qui ne sont pas venues et qui ont peur de perdre leur foyer »,  indique le colonel Moussa Tiegboro Camara, secrétaire à la présidence chargé des crimes organisés.

Les présumés complices d’Alseny Sacko sont recherchés par le secrétariat général à la présidence en charge de la lutte contre les crimes organisés, rassure le colonel Moussa Tiegboro Camara.

Le 12 mars dernier, ces 18 femmes ont porté plainte contre  Alseny Sacko pour administration de substances nuisibles à la santé.