Anthonia, jeune mannequin belge, dénonce sur les réseaux sociaux les violences conjugales dont elle a été victime

Anthonia, jeune mannequin belge, dénonce sur les réseaux sociaux les violences conjugales dont elle a été victime

Les images font froid dans le dos. Elles témoignent de la violence dont a été victime Anthonia Rochus, une mannequin anversoise âgée de 21 ans. Publier ces photos sur les réseaux sociaux a été une décision difficile à prendre pour elle. Mais ce choix a été mûrement réfléchi. “J’ai longtemps hésité à dévoiler les photos sur Twitter. Mais en fin de compte, je l’ai fait. C’est la seule façon de mettre le sujet sur la table. Regardez le mouvement #MeToo. Maintenant, chaque femme sait qu’elle ne doit plus tolérer des propos obscènes. Mais la violence entre partenaires est toujours taboue, alors qu’il faut oser en parler si l’on veut que les choses changent”, raconte-t-elle dans Het Laatste Nieuws.

Sur Twitter, les réactions en guise de soutien sont très nombreuses. En quelques heures à peine,  son message a été partagé plus de 1400 fois et a récolté plus de 11000 likes. On la voit dans les bras de son conjoint au début de leur relation. A côté, des photos du visage de la jeune fille couvert d’hématomes. “C’est moi, avant et après. Ce n’est pas une histoire heureuse. Pas un grand bonheur, mais de la douleur et de la tristesse. C’est aussi comme ça que les chose peuvent tourner. J’ai enfin trouvé le courage d’en parler. Mais ce n’est pas la fin. Je sortirai plus forte de cette épreuve”, a-t-elle commenté sur ce réseau social.

A deux doigts de perdre la vie

Juste après avoir reçu ces coups au visage, Anthonia se rend aux urgences. “Le médecin qui a examiné mes blessures a été très clair”, raconte-t-elle dans Het Nieuwsblad, “J’ai reçu un coup sur la tempe. Ca aurait été un rien plus fort, j’aurais pu perdre la vie”. Au vu de la gravité des faits et réalisant à quel point elle a été mise en danger, Anthonia a décidé de porter plainte.

La jeune femme a également mis un terme à cette relation qui aura duré un an et demi. Elle dénonce aujourd’hui le comportement agressif, violent et jaloux de son ex conjoint. Par le passé, à deux reprises, elle lui a pardonné des violences physiques à son encontre auxquelles s’ajoutaient de nombreuses humiliations verbales.

RTL info 

Djenabou Balde