Dans la Femme, l’on renait. En Elle, l’Avenir existe. Afin de mettre à profit cet avenir, Femmeafricaine vous amène dans le monde de la Petite Fille.

Polyglotte CONDÉ Mabéty SOUMAH est une Dame qui trouve ses repères dans la formation et l’éducation. Diplômée des Lettres Modernes à l’Université Générale Lansana CONTÉ de Sonfonia.

Elle est également diplômée en Management et Business Administration ce qui lui a fallut une activité de plus, un café Littéraire.

L’Auteure du Livre en Attendant la Lune partage les raisons de ce Livre.

Qu’est-ce-qui a poussé Mabéty d’écrire sur ce thème (Les Premières Règles), s’il y a plusieurs autres thèmes concernant la petite Fille :

Afin de préparer d’autres jeunes Filles. Tout d’abord, quand j’étais jeune, personne ne m’avait expliqué pourquoi mon corps devait changer et comment ma routine allait changer en voyant mes règles tous les mois.

Ensuite, j’ai fini par comprendre que la puberté et surtout les règles sont taboues dans nos sociétés. Personne n’en parle même pas les parents. Les filles en souffrent souvent et se sentent rejetées pendant cette période. D’autres cessent les cours pendant 3 à 5 jours.

Quand mon talent d’écriture s’est révélé, je me suis dit qu’il est temps de briser les tabous.

Ce thème n’est qu’un début. Je compte parler d’autres thèmes concernant la petite fille. Ma plume est plutôt éducative et pour les filles. Je la préfère ainsi.

Qu’est-ce-qui fascine Mabéty dans le monde du Livre :

Tout dans le Livre me fascine. Il est merveilleux et étonnant parfois. Il raconte de belles histoires relatant le passé, le présent ou le futur d’une personne que l’auteur n’a jamais rencontré dans la plupart des cas.

Le livre te fait sourire. Il te fait pleurer. Il t’attriste. Tu vis tellement d’émotions!

Le livre t’apprend des choses. Il te fait voyager à travers un monde inconnu ou imaginaire. Avec un livre, tout est possible.

Pourquoi choisir l’Écriture si, elle ne nourrit pas ses Hommes :

L’écriture m’a choisie. Elle n’était pas mon rêve d’enfant. A l’école primaire, je voulais être une présentatrice télé. Au fil de temps, j’ai eu un penchant pour l’économie. Malheureusement, les choses ont changé après, les Sciences Sociales ne pouvaient plus être inscrits en Économie. Destination Lettres Modernes. Ce n’était pas du tout mal puisque j’étais déjà amoureuse du Livre.

C’était lors du concours ‘‘Prix Jeune Écrivain’’, que pour la première fois, je me suis essayée à l’écriture. J’ai été surprise en découvrant mon talent et voilà, je me suis lancée.

Rien ne s’obtient sans dure labeur. J’ai été coaché par la meilleure Marie Paule HUET d’une exigence et efficacité parfaite, et j’ai également suivi des ateliers.

L’écriture est maintenant devenue une passion et à travers, Elle, je dénonce les tares, éduque et dis les non-dits en toute liberté.

Quelles sont les activités autres que l’Écriture sur lesquelles Dame CONDÉ Mabéty SOUMAH s’attarde :

J’évolue dans une boîte en tant qu’Assistante de Direction. Je suis la Fondatrice de Betty Café Littéraire, un espace de lecture et de fast Food qui a but d’offrir la lecture dans un espace autre que les coins de lecture et les bibliothèques.

L’objectif est de promouvoir la lecture. C’est un projet qui a son tout début que je compte agrandir.

En Africaine, Mabéty donne son avis sur la Polygamie :

Tout est question de choix dans la vie. Je ne connais que les mauvaises facettes de la polygamie étant donné que mon père a été polygame.

Ma mère avait juste été une brave femme qui avait longuement fourni d’efforts pour garder son foyer pour « ses enfants « . « Ton mari a droit à plusieurs femmes » est l’expression par laquelle, on aime souvent torturer l’esprit des femmes africaines. Mais, ma mère avait fini par quitter mon père et a refait sa vie 20 ans plus tard.

Pour moi qui ai vécu la séparation de ses parents à cause de la polygamie, je ne souhaiterais absolument pas cela à une autre femme. A part cet exemple, je vis d’autres histoires de familles polygames. C’est totalement un enfer.

Pour moi, l’amour se partage à deux. A partir du moment que le partenaire cherche à amener une troisième personne dans votre vie, il y a sûrement quelque chose qui n’a pas marché et qu’il faut tout de suite résoudre.

 Si Mabéty devrait choisir entre l’infidélité d’aujourd’hui et la polygamie d’hier, que choisiras t- Elle :

On commence par être infidèle avant d’être polygame. Ce n’est que mon avis. Je l’ai dit: tout est question de choix. Et chaque décision a un impact qu’il soit positif ou négatif. Et il faut absolument savoir ce qu’on veut. Comme la polygamie, l’infidélité a aussi un impact sur les familles.

L’on sait que les nouvelles choses et les cachoteries sont accompagnées de vives émotions. Les Hommes, je parle des deux sexes, aiment les interdits. Quand on devient infidèle, on a tendance à oublier l’autre. On s’absente souvent. On ment. On s’excuse souvent. Pourquoi vivre dans une telle situation alors que tu peux juste faire un choix? Tu peux être tenté mais, à un certain moment il faut réfléchir.

N’oublie pas que la maîtresse qui vient de te rencontrer tout beau ignore ton histoire.

Quel message voudrez-vous partager aux fidèles lecteurs :

Chers lecteurs, Le monde vit dans la crainte. Nous sommes en guerre contre un ennemi invisible. Prenez soin de vous et de vos proches. Adoptez les gestes barrières.

Ensuite lisez. Lisez. Celui qui lit ne serait guère ignorant. Vous pouvez me suivre sur la page Facebook de l’Ambassade des États-Unis en Guinée, chaque lundi. Je vous raconte l’histoire de deux jeunes guinéens en ce temps de crise sanitaire.

C’est par ces Mots de Dame CONDÉ Mabéty SOUMAH, que nous vous remercions de votre fidélité.

Ébène Baloka