Lundi 28 septembre 2009, samedi 28 septembre 2019, cela fait dix (10) ans jour pour jour , depuis que les exactions commises sur des manifestants pacifiquement réunis au stade du 28 septembre  de Conakry, pour défendre des droits légitimes et constitutionnellement garantis. Le samedi 28septembre, les victimes de ce massacre à travers l’Association des Victimes Parents et Amis (AVIPA), ont commémoré le 10èmeanniversaire de cette date. Une manière de rendre un hommage à toutes les victimes. 

Prenant la parole au nom des victimes, la présidente de l’AVIPA  Asmaou Diallo : « Vous vous souviendrez que les évènements douloureux du 28 septembre 2009, traduit une phase sombre de l’histoire de notre pays ou les pauvres innocents en quête de liberté et démocratie, ont été injustement assassinés. Le drame enregistré avait atteint de proportions de qualité de crime contre l’humanité. Nous n’ allons jamais oublier ce jour ».

Poursuivant la présidente a aussi interpellé les autorites du pays pour la tenue du procès qui tarde encore. «En commémorant aujourd’hui le 10ème anniversaire de ce massacre, l’AVIPA aurait pensé que,ce moment solennel nous allons connaitre la date d’ouverture du procès de ces douloureux événements. 10 ans, nous évoluons de promesses en promesses et à ce jour tout porte à croire, que nous allons encore attendre. Le ministre de la justice nous parle de la pose de la première pierre pour la construction de la cour d’appel .Nous ne sommes pas contre cette idée mais, en terme de temps et position  nous demandons à quand le démarrage des travaux, à quand l’achèvement des travaux, à quand la sélection des magistrats ? Car, toutes les actions peuvent faire pareillement mais en ce jour ,ces interrogations nous donnent de la peine, nous les victimes. Au regard des différentes entraves constatées et de l’accepter nous lançons un appel au ministre de la justice de fixer la date d’ouverture du procès avant la fin de l’année 2019. Les victimes, parents et personnes de bonnes volontés, de ne pas baisser  les bras et de rester unis et redoubler d’efforts pour continuer le combat parce que tôt ou tard, la justice soit faite », a souhaité la présidente de l’AVIPA.

A rappeler que ,cette commémoration a connu la participation de plusieurs institutions de défense des  droits de l’homme et des partenaires.

Cherif Djiba Sano